< Retour au sommaire

Quelles pistes pour trouver les perles rares dans les métiers dits « en pénurie »?

Fin juin, le Forem publiait une nouvelle liste des « métiers en pénurie », doublée d’un inventaire des études supérieures préparant à ces métiers. L’exercice est récurrent, mais il comporte ses limites, comme le révèle le dossier que consacre HR Square au sujet. Avec cet enseignement: les discours sur les pénuries tendent aussi à masquer les effets de certaines politiques RH défaillantes.

Ingénieur, infirmier, informaticien, technicien, ouvrier en construction, mécanicien ou encore électricien: tous ces métiers figurent dans la liste des « fonctions critiques » des trois régions du pays, à côté d’autres mentions parfois surprenantes comme celles des coiffeurs, des boulangers ou des spécialistes en soins de beauté. Les architectes et les métiers de l’intervention sociale et culturelle ne sont ‘critiques’ qu’en Wallonie, alors que les traducteurs et experts en banques et assurances ne le sont qu’à Bruxelles. Sans surprise, la liste est plus longue en Flandre où l’on pleure après le personnel d’hôtel, les conseillers d’entreprise, les éducateurs ou le personnel d’entretien industriel, entre autres…

De son côté, Manpower confirmait à l’automne dernier des tensions accentuées sur le marché du travail en Flandre (31% des employeurs sondés déclarant avoir des difficultés à remplir les postes vacants), alors qu’elles diminuaient à Bruxelles (22%) et au Sud du pays (13%). La liste des postes dits « en pénurie » voit les ouvriers qualifiés (électriciens, soudeurs…) arriver en tête pour la cinquième année de suite, confirmant leur statut de perles rares. Les autres profils les plus recherchés? Au niveau national et dans l’ordre : les chauffeurs, les techniciens et le personnel administratif (souvent multilingue). Les médecins et les professionnels de la santé figurent dans le top 10. A Bruxelles, les agents de sécurité ont fait leur apparition dans la liste.

C’est peu dire que ces « pénuries de talents » et autres « fonctions critiques » font très régulièrement la ‘une’ des médias. Mais quelles conclusions tirer de ces données ? C’est ce que nous analysons dans le dossier à lire dans HR Square n°17 de juillet-août 2017. Avec deux enseignements majeurs. Le premier: les discours sur les métiers dits en pénurie tendent à masquer les effets de certaines politiques RH défaillantes, notamment un niveau d’exigence parfois démesuré exprimé dans les offres d’emploi. Le second: la balle est plus souvent dans le camp du DRH qu’il ne le croit! Les visites que nous avons réalisées chez Veolia, GSK Vaccines, Proximus, Aperam ou encore au Forem en témoignent.

Lisez le dossier complet dans HR Square n°17 (juillet-août 2017). Demandez un numéro d’essai gratuit à Jens Ottoy ou prenez contact par téléphone au 02/515.07.60. Pour devenir membre du réseau HR Square et ne manquer aucune de nos éditions, contactez Nathalie Dierickx. L’adhésion à HR Square vous permet de bénéficier de l’accès à l’intégralité du contenu en ligne et à bien d'autres avantages.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages