< Retour au sommaire

Quatre étudiants sur dix pensent que leur futur métier n’existe pas encore

Mille étudiants ont été sondés aux Pays-Bas, au Royaume-Uni, en Allemagne, en France, en Italie ou en Espagne et 40% ont dit se préparer pour une fonction qui n’existe pas encore pour le moment. Une proportion en fait relativement basse, analysent les auteurs du Kaspersky Lab qui observent que même des postes traditionnels dans la médecine et l’agriculture s’adaptent constamment aux technologies dont ils dépendent désormais.

Le Kaspersky Lab énumère quelques exemples de métiers pour lesquels les étudiants d’aujourd’hui doivent se préparer:

  • Télé-chirurgien: il ne sera bientôt plus nécessaire pour les chirurgiens de se trouver physiquement dans la salle d’opération. En lieu et place, ils piloteront à distance des machines intelligentes, sans même devoir poser un doigt sur leurs patients.
  • Spécialiste en interaction homme/robot: si l’on attend des robots qu’ils collaborent et cohabitent avec les hommes, il faut bien que quelqu’un leur apprenne comment appréhender la complexité et la subtilité des émotions humaines. Des personnes doivent être formées pour communiquer de manière efficace avec des machines.
  • Architecte en réalité augmentée: la réalité augmentée enrichit certaines expériences en superposant des images virtuelles sur des images réelles. Les architectes en réalité augmentée seront en mesure de placer des modèles 3D d’un bâtiment virtuel dans un environnement précis, afin de permettre ainsi de comprendre mieux que jamais comment ils s’intègrent dans cet environnement.
  • Développeur domotique: une maison intelligente requiert un écosystème entièrement adapté aux habitudes, aux besoins, à l’espace disponible et à la dynamique familiale du propriétaire. Pour y parvenir, il faut des développeurs créatifs qui mettent au point des systèmes et algorithmes capables de s’adapter à tous les types de ménages imaginables.
  • Designer de vêtements imprimés en 3D: les vêtements seront de plus en plus souvent produits sur ordinateur, ce qui va révolutionner leur processus de fabrication. Le designer 3D doit être capable de concevoir des articles qui puissent être entièrement réalisés par des machines.

Kaspersky Lab encourage les étudiants à réfléchir de manière créative sur la façon dont, par exemple, nous devons nous protéger contre les menaces du futur, en lançant un nouveau concours qui leur est destiné: la Secur’IT Cup. Les étudiants du monde entier et de tous les milieux universitaires peuvent prendre part à cette compétition. Les participants vont se mesurer entre eux, avec un prix de 10.000 dollars pour le vainqueur. Ils auront ainsi un avant-goût de ce en quoi consiste le travail dans ce secteur. Cette année, l’accent est mis sur des problèmes qui semblaient relever de la science-fiction voici quelques années encore, mais sont devenus aujourd’hui une réalité avec les technologies actuelles:

  • La santé connectée - les machines que les télé-chirurgiens utilisent pour des opérations critiques doivent être protégées contre les maliciels et le piratage.
  • L’internet des objets – il faut régler les points faibles au sein de l’écosystème de la maison intelligente, afin d’y interdire l’accès aux pirates.
  • La sécurité personnelle – l’une des principales missions des experts en sécurité consiste dans l’instauration de règles claires et éthiques pour l’interaction entre les hommes et les robots. Et ce pour la sécurité tant de l’homme que de la machine.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages