< Retour au sommaire

Plus un collaborateur est depuis longtemps en service, plus basse est sa confiance à l’égard de son employeur

En cause: le déficit de transparence et un manque d’ouverture sur la manière dont les politiques et les règles internes sont appliquées. C’est ce qu’ont mis en évidence des chercheurs de l’Université de Californie.

D’après ces chercheurs, la confiance des collaborateurs est mise à mal parce que les entreprises ne sont pas suffisamment ouvertes et transparentes sur la façon dont leurs propres politiques et règles internes sont mises en œuvre. Ce qui se passe quand un travailleur introduit une plainte ou quand il enfreint les règles demeure généralement caché au reste de l’organisation. Les travailleurs tendent alors à penser que cette politique d’arrière-cour et le mystère associé sont en réalité la norme.

« Se montrer transparent sur les infractions aux procédures réduira la tentation des gens à faire de fausses déclarations et leur montrera qu’un tel comportement aura des conséquences, observe Jone Pearce, professeur en Organisation et Management à l’Université de Californie. Une telle ouverture garantit que les règles sont appliquées équitablement. La confidentialité peut éviter à l’organisation ou aux collaborateurs impliqués de perdre la face, mais vous en payez toutefois toujours un prix. Ce prix consiste en une perte de confiance dans le leadership et dans les politiques de l’entreprise. »

Autre point d’attention pour les RH: ce sont souvent les collaborateurs les plus anciens qui sont les plus impliqués dans les processus d’accueil et d’onboarding des nouvelles recrues. Le risque est alors de transférer ce déficit de confiance aux nouveaux engagés dès l’entrée dans l’entreprise.

Source: PW (pwnet.nl)

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages