< Retour au sommaire

Plus de six utilisateurs d’écran sur dix se plaignent de problèmes corporels

Deux Belges sur trois travaillant sur un écran ont souffert de problèmes physiques l’année dernière. La position assise a donc clairement remplacé le fait de fumer comme source de problème. A remarquer que les collaborateurs âgés de moins de 30 ans se plaignent davantage de problèmes de vision (82%) que leurs collègues âgés de plus de 50 ans (70%).

Depuis janvier 2016, les entreprises n’ont plus l’obligation d’organiser un examen médical pour les utilisateurs d’écran. Elles doivent par contre coordonner, tous les cinq ans, une analyse de risque du travail sur écran. L’exercice peut se faire, à peu de frais et de manière efficace, par le biais d’une auto-évaluation en-ligne. Attentia a procédé à l’analyse de plus de 6.000 auto-évaluations et en a tiré les conclusions suivantes: 66% de tous les utilisateurs belges d’écran ont connu des problèmes physiques l’année dernière; 74% des collaborateurs participants ont souffert d’un problème visuel, au moins une fois par semaine, à l’issue de leur journée de travail. Chez les plus jeunes (moins de 30 ans), ce pourcentage est plus élevé (82%) que chez les plus âgés (70%). C’est là un signal fort pour les entreprises les invitant à ne pas focaliser uniquement leur attention sur les « employés plus âgés » et à prendre conscience du fait que les nouveaux collaborateurs, plus jeunes, constituent eux aussi un groupe-cible important.

Les plaintes les plus fréquentes

Bien qu’elles ne soient pas toutes directement liées au travail sur écran, les plaintes les plus fréquentes sont une diminution de la concentration (55%), un sentiment de stress (38%), des maux de tête et des vertiges (32%), des douleurs oculaires (31%) et une vision réduite (25%). On relève une différence sensible, pour certains problèmes, entre hommes et femmes: à l’occasion de leur auto-évaluation, 42% des femmes indiquent souffrir régulièrement de maux de tête à l’issue de leur journée de travail contre 23% d’hommes. Il en va de même pour les douleurs oculaires: 37% du côté des femmes, contre 26% pour les hommes. Il semble que les hommes, mieux que les femmes, aient assimilé le fait que demeurer longtemps en position assise n’est pas une bonne chose. En effet, alors que 80% des hommes se lèvent au minimum une fois toutes les heures ou changent de position, seulement 65% des femmes font de même. Autre élément digne d’être mentionné: plus le collaborateur prend de l’âge, plus il a tendance à le faire régulièrement.

L’importance de l’environnement de travail

Bien que les problèmes physiques soient souvent la résultante d’une combinaison de facteurs, un environnement de travail mal agencé joue très certainement un rôle. Parmi tous les collaborateurs qui ont participé à un exercice d’auto-évaluation et indiqué qu’ils souffrent de douleurs dans le bas du dos, 48% adoptent une position qui n’est pas totalement conforme aux normes. Le pourcentage passe à 32% pour l’ensemble des collaborateurs souffrant de douleurs dans le bas du dos.

Mais qu’en est-il des collaborateurs qui ne disposent pas de leur propre bureau? L’enquête révèle que 66% des collaborateurs interrogés n’ont pas de place assise désignée et que 33% ne disposent pas d’une chaise de bureau qui leur soit propre. 11% des personnes sondées disent par ailleurs ne pas être en mesure d’ajuster elles-mêmes la hauteur de leur chaise de bureau et 26% ne pas pouvoir modifier la position des accoudoirs. Parfois parce que les collaborateurs ne savent pas comment s’y prendre, parfois parce que c’est impossible.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages