< Retour au sommaire

Plus de 20% des jeunes citoyens de pays hors-UE ne suivent pas d’études et ne travaillent pas

Un quart des citoyens non-UE âgés de 18 à 24 ans ont quitté le système éducatif prématurément, indique Eurostat. Cette probabilité d'abandon scolaire est deux fois plus élevée chez les ressortissants de pays hors-UE que chez les nationaux. Un citoyen non-UE sur quatre (25,5%) âgé de 18 à 24 ans dans l’UE a mis fin prématurément à ses études ou à sa formation, contre 10,2% des nationaux et 19,2% des citoyens d’un autre État membre de l’UE. L’objectif de la stratégie Europe 2020 est de réduire le taux d’échec scolaire dans l’UE à moins de 10% d’ici 2020.

Pour un large éventail d’indicateurs liés à l’éducation, des disparités considérables dans l’Union européenne (UE) peuvent être constatées entre ressortissants de pays hors-UE et citoyens du pays déclarant (les « nationaux »). Ces différences ne concernent pas uniquement le niveau d’éducation atteint. En particulier, la proportion de jeunes ressortissants de pays hors-UE quittant prématurément le système éducatif et de formation est plus de deux fois supérieure à celle observée chez les nationaux. Les jeunes ressortissants de pays hors-UE sont également plus exposés au risque de se retrouver à la fois hors du système d’éducation et sans emploi.

L’éducation est un facteur important pour l’intégration des migrants dans la société européenne. Elle leur permet non seulement d’acquérir les compétences nécessaires à une insertion fructueuse sur le marché du travail, mais contribue également à leur participation active grâce à la transmission de la culture et des valeurs du pays dans lequel ils s’installent.

Une tendance claire a pu être observée en fonction du sexe: dans chacun de ces trois groupes de ressortissants, les jeunes hommes sont plus susceptibles d’abandonner leurs études sans avoir terminé le niveau secondaire supérieur. Toutefois, l’écart entre hommes et femmes est plus faible chez les ressortissants de pays hors-UE.

Le taux « NEET » correspond au pourcentage de la population âgée de 15 à 24 ans qui ne travaille pas et ne suit ni études ni formation complémentaires. Dans l’UE, ce taux était beaucoup plus élevé chez les ressortissants de pays hors-UE (20,6%) que chez les nationaux (12%) et les citoyens d’un autre État membre de l’UE (15,5%) en 2014. Il convient de noter que, si dans l’UE le taux «NEET» est quasiment identique chez les nationaux entre hommes et femmes (11,9% pour les hommes, contre 12% pour les femmes en 2014), une grande différence peut néanmoins être observée à cet égard concernant les ressortissants étrangers, parmi lesquels le taux de femmes se trouvant dans cette situation est nettement plus élevé que celui des hommes, aussi bien chez les ressortissants de pays hors-UE (23,8% contre 17,6%) que chez les citoyens d’un autre État membre de l’UE (17,9% contre 12,7%).

Enseignement supérieur

L’un des objectifs de la stratégie Europe 2020 est de faire en sorte que d’ici 2020 au moins 40% des 30-34 ans dans l’UE obtiennent un diplôme d’enseignement supérieur. En 2014, la part des ressortissants de pays hors-UE âgés de 30 à 34 ans dans l’UE et diplômés de l’enseignement supérieur s’élevait à 30,2%. En revanche, pour les nationaux ainsi que pour les citoyens d’un autre État membre de l’UE, les taux étaient plus proches de l’objectif de la stratégie Europe 2020, avec respectivement 38,5% et 39,3% de diplômés de l’enseignement supérieur. Pour ces trois groupes, la proportion de diplômés de l’enseignement supérieur était remarquablement plus élevée chez les femmes que chez les hommes, dans une moindre mesure toutefois s’agissant des ressortissants de pays hors-UE.

En 2014 dans l’UE, plus de 40% (43,9%) des ressortissants de pays hors-UE âgés de 18 à 64 ans avaient un niveau d’éducation faible, tandis que cette proportion s’établissait à environ 25% tant chez les ressortissants du pays déclarant (nationaux) que chez ceux d’un autre État membre de l’UE (respectivement 23,4% et 25,9%). Les disparités étaient toutefois plus faibles en ce qui concerne la part de la population ayant un niveau d’éducation élevé, qui se situait à 23,0% chez les citoyens non-EU, contre 27,3% chez les nationaux et 31% chez les ressortissants d’un autre État membre de l’UE.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages