< Retour au sommaire

Plaidoyer en faveur d’une utilisation accrue des technologies numériques

L'utilisation accrue des technologies numériques pourrait faire grimper la productivité des grandes économies mondiales et contribuer à leur rendement économique global en 2020. C’est ce qu’avance l’étude ‘Digital Density’ d'Accenture. En Belgique aussi, une hausse de la densité numérique de 10 points pourrait relever le taux de croissance annuelle moyenne de 0,25 pour cent, pour une contribution de 10 milliards EUR au PIB en 2020. Cela correspond à une hausse d'environ 1,8% du PIB belge en 2020.

L'Accenture Digital Density Index mesure le taux de pénétration des technologies numériques dans l'économie et dans les entreprises d'un pays. La ‘densité numérique’ d'un pays est déterminée par un score composé d'une cinquantaine d'indicateurs, notamment le volume des transactions en ligne, l'utilisation du cloud ou d'autres technologies d'optimisation des processus, la pénétration des compétences technologiques dans une entreprise et l'adhésion de l'économie aux nouveaux modèles commerciaux numériques. Le score de densité numérique de la Belgique la place dans la seconde moitié du classement établi par l'étude, sous la moyenne européenne. Il comporte certains éléments positifs, notamment le taux d'adoption des technologies numériques par les entreprises belges, mais l'économie pourrait tirer parti des évolutions numériques sur plusieurs fronts.

Un long chemin reste à parcourir, analyse Pieter Timmermans, administrateur délégué de la FEB. Des études révèlent par exemple qu'à politique inchangée, nous manquerons de 30.000 experts en TIC d'ici à 2020. En 2014, 42% des dépenses en ligne des Belges se sont envolées vers l'étranger. Pour accroître notre densité numérique, des actions sont également nécessaires à différents niveaux: des connexions internet fixes et mobiles plus rapides, des instruments plus conviviaux en matière d'identification électronique (mobile ID) et de signature électronique, un portail unique à l'intention des entreprises pour toutes les interactions électroniques avec les pouvoirs publics… et, last but not least, une organisation du travail plus souple offrant à nos entreprises les meilleures chances de réussite dans le commerce électronique. En résumé, nous pensons que la numérisation de l'économie est un levier essentiel pour renouer plus fortement avec la croissance économique. »

Pour augmenter son profil de densité numérique et sa contribution au PIB d'ici 2020, la Belgique devra prendre toute une série de mesures ‘digitales’ sur le plan économique, notamment :

- Étendre la couverture numérique des ménages belges et l'accès à Internet dans les écoles;
- Prendre résolument le cap du commerce électronique (la part des transactions en ligne ne représente que 4% en Belgique, contre plus de 10% au Royaume-Uni);
- Combler son retard dans les dépenses publicitaires en ligne;
- Renforcer les compétences ICT des travailleurs et développer les services ICT;
- Investir dans des technologies novatrices telles que le crowd sourcing;
- Mieux exploiter les plates-formes numériques d'accès au capital.

Si la Belgique se classe très bien pour l'accès à haut débit fixe, le taux d'abonnement au haut débit mobile par habitant ne représente que la moitié de la moyenne européenne (0,5 par habitant). L'accès mobile est donc essentiel à l'amélioration de la densité numérique.

La Belgique dans le monde

À l'échelle mondiale, l'indice montre qu'une amélioration de 10 points de la densité numérique (sur une échelle de 0 à 100) sur cinq ans ferait progresser de 0,25 point de pourcentage le taux de croissance du PIB des pays industrialisés et de 0,5 celui des économies émergentes, soit une hausse significative pour les pays industrialisés s'efforçant de doper leur croissance. Les économies émergentes, telles que le Brésil, l'Inde et la Chine, pourraient enregistrer une hausse comprise entre 97 milliards USD et 418 milliards USD.

À l'échelle locale, l'indice identifie les facteurs qui renforcent ou dégradent la densité numérique d'une économie. Les entreprises et les politiques peuvent s'en servir pour élaborer leur stratégie numérique, évaluer leurs progrès et déterminer le rendement sur investissement optimal. À l'heure où de nombreuses entreprises cherchent à améliorer leur croissance et leur compétitivité, elles peuvent aussi utiliser l'indice pour identifier les ‘digital hotspots’ dans le monde, révélant les zones où elles pourraient positionner différents pans de leurs activités sur base du potentiel numérique. D'après l'analyse, les Pays-Bas présentent la meilleure densité numérique, suivis par les États-Unis, la Suède, la Corée du Sud, le Royaume-Uni et la Finlande (figure 2). La Belgique se classe en 12e position à l'échelle mondiale.

« Étant donné que les entreprises se mettent de plus en plus au numérique, la densité numérique devrait être prise en considération au même titre que l'accès aux ressources naturelles, la qualité des transports et les compétences du personnel dans la liste des critères d'implantation, explique Bruno Berthon, managing director pour les stratégies digitales chez Accenture. La compétitivité numérique implique l'adoption de nouvelles technologies dans une série de domaines de performance, du sourcing et de l'automatisation des processus à la création de biens et services. Les 50 indicateurs de l'Accenture Digital Density Index montrent que l'adoption numérique ne peut pas dépendre d'une poignée d'initiatives, certes bien intentionnées, mais de faible portée. Pour renforcer leur compétitivité numérique, les pouvoirs publics et les entreprises doivent mener un programme d'action d'envergure cohérent. »

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages