< Retour au sommaire

Pays-Bas: deux travailleurs sur cinq considérés comme des « travailleurs flexibles »

Aux Pays-Bas, le nombre de travailleurs flexibles est passé de 2,1 millions à 3,2 millions entre 2003 et 2015, révèle un rapport de l’Université d’Amsterdam relayé par l’ETUI, l’Institut syndical européen. Nos voisins se classent désormais à la sixième place du classement des pays comptant le pourcentage le plus élevé de travailleurs flexibles, après la Pologne, la Grèce, l’Espagne, le Portugal et l’Italie.

Le rapport réalisé par les professeurs Paul de Beer et Evert Verhulp dressent un état des lieux du travail flexible aux Pays-Bas. Leur définition du « travail flexible » se fonde sur ce qu’il n’est pas: « le travail flexible englobe toutes les formes de travail (rémunéré) qui ne sont pas établies dans une relation de travail stable avec une durée de travail fixe. » Ils distinguent deux principaux groupes de travailleurs flexibles: les travailleurs sans contrat de travail (les indépendants avec ou sans personnel) et les travailleurs avec un lien contractuel temporaire (CDD, intérimaires, etc.) et/ou avec une durée de travail variable (contrats « zéro heure », sur appel, etc.).

40% des travailleurs néerlandais peuvent être considérés comme des travailleurs flexibles (3,3 millions sur une population active de 8,3 millions). Près d’un tiers des travailleurs flexibles (31%) sont des indépendants sans personnel. Ils sont suivis par les travailleurs en disponibilité/intérimaires (17%) et les travailleurs temporaires avec une perspective d’un emploi permanent (13%). Le fait qu’un nombre très important de travailleurs ont rejoint ces trois catégories ces dernières années permet d’expliquer en grande partie l’augmentation de plus d’un million de travailleurs flexibles entre 2003 et 2015. Les secteurs où les travailleurs flexibles sont fortement présents sont l’agriculture (plus de 70% de la main-d’œuvre, avec une surreprésentation des indépendants), l’Horeca (65%), le secteur des loisirs, du sport et de la culture (un peu plus de 60%).

Les résultats de l’étude néerlandaise sont cohérents avec les données récemment présentées par l’ETUI dans son rapport Benchmarking Working Europe 2017. Ce rapport montre également une augmentation du travail temporaire aux Pays-Bas depuis 2008. Ce pays figure d’ailleurs dans le peloton de tête des pays où cette forme de travail est la plus répandue, après la Pologne, l’Espagne, la Croatie et le Portugal.

Source: www.etui.org

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages