< Retour au sommaire

Parier sur le long terme peut être source de performance

Les meilleurs CEO du monde? On ne les trouve pas chez Google, Facebook, ni Apple comme les médias le laissent souvent penser. Mais bien chez Novo Nordisk, WPP, Inditex, Adidas ou Itaú Unibanco. C’est ce que révèle le « top 100 des meilleurs P-DG du monde » qui, au-delà des performances financières, s’intéresse aussi aux volets environnemental, social et de gouvernance.

Le classement est publié par le Harvard Business Review. Pas moins de 886 sociétés, installées dans 30 pays, et 895 P-DG (certaines organisations ont des co-dirigeants) ont été passés au crible. Pour être pris en considération dans ce classement, les entreprises devaient faire partie du S&P Global 1200, qui couvre 70% des capitalisations boursières mondiales, et leurs dirigeants être en fonction depuis au moins deux ans et, bien entendu, ne pas avoir fait l’objet d’une arrestation ou d’une condamnation.

Au premier rang, on trouve Lars Rebien Sørensen (déjà numéro 1 en 2015), à la tête du géant pharmaceutique danois Novo Nordisk, alors qu’il ne serait que sixième d’un point de vue purement financier. Et les numéros 2 et 3, Martin Sorrell (WPP) et Pablo Isla (Inditex), que 12ème et 24ème. Si ces critères environnementaux, sociaux et de gouvernance ont joué en faveur de ces trois P-DG, ils en ont pénalisé d’autres. Ainsi, le numéro 1 du classement financier, Jeffrey Bezos, le patron d’Amazon, se trouve relégué à la 76ème place, en raison d’un piètre ratio ESG (Environnement, Social & Gouvernance).

Les auteurs le pointent: le top 5 ne compte aucune société réellement connue. « Pas de Google, ni d’Apple ou de Facebook, des entreprises dont on parle pourtant à longueur de journée. Preuve que la notoriété n’est pas forcément synonyme de performance. » Autre constat: il y a une prime à la fidélité. « En moyenne, les 100 meilleurs P-DG du monde occupent leurs fonctions depuis 17 ans et ont généré une rentabilité boursière globale de 2 091% (donnée corrigée des effets de change), soit une rentabilité annuelle de 20,2%. Preuve, s’il en fallait encore, que voir loin et parier sur le long terme peut être source de performance. »

Source: Harvard Business Review 

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages