< Retour au sommaire

Onze fois plus de consultants en 30 ans

Il y a trente ans, si à la question 'Quelle profession exercez-vous?', vous aviez répondu 'je suis consultant', votre interlocuteur vous aurait regardé d’un œil sceptique. Plus aujourd’hui. Entre 1987 et 2017, le nombre de consultants s’est facilement multiplié par 11. Ils représentent 8,5% des indépendants, pour 0,71% en 1987, 1,76% en 1997 et 5,28% en 2007.

C’est ce qui ressort des chiffres publiés par la Caisse d’assurances sociales d’Acerta qui a comparé ses chiffres sur les indépendants de 2017 avec ceux de 1987 pour observer l’évolution des professions indépendantes: 420.000 indépendants en activité principale ont été étudiés. « Le fait que le marché de l’emploi ait été sous pression aura probablement poussé certaines personnes à se lancer en tant qu’indépendant, commente Fabienne Evrard, Director Service à la Clientèle chez Acerta. Des travailleurs possédant des connaissances et une expérience spécifiques peuvent en faire leur raison d’être en tant qu’indépendants. »

L’amélioration du statut d’indépendant a certainement placé la barre plus bas. Une précédente enquête montrait déjà qu’être son propre patron est la raison la plus populaire pour devenir indépendant. « Des travailleurs âgés, ne s’attendant plus à trouver si facilement un autre emploi, ont aussi franchi le pas », ajoute-t-elle. Alors qu’en 1987, seuls 3,4% des indépendants à temps plein avaient plus de 50 ans, en 2017, ce pourcentage atteignait les 12,9%, soit une augmentation de 280%!
 
La construction est l’un des secteurs qui attiraient déjà les indépendants il y a 30 ans et c’est toujours le cas aujourd’hui. En 1987, 5,5% des hommes indépendants étaient actifs dans la construction, ce pourcentage atteignait 13,4% en 2017. « Cette augmentation indique une évolution des employeurs/entrepreneurs avec des travailleurs vers des entreprises de coordination avec des indépendants en sous-traitance, analyse Fabienne Evrard. La construction est un secteur dynamique, il a ainsi âprement défendu le maintien de la législation d’établissement pour les professions de la construction, car il craint la concurrence de l’étranger. »

Le commerce est un secteur populaire qui a dû se réinventer au cours de ces 30 dernières années. La part du « commerce de détail » est de nos jours trois plus petite qu’en 1987. Alors que 15,9% des indépendants étaient encore actifs dans le commerce de détail en 1987, ils ne sont plus que 5,5% à l’heure actuelle. Le commerce dans son ensemble représente encore 17,4%. Un indépendant sur six est actif dans le commerce. L’horeca est et demeure une valeur sûre parmi les professions indépendantes. L’interdiction de fumer, la caisse blanche, les flexi-jobs... le secteur a incontestablement subi des changements ces 30 dernières années. Cependant, sa popularité n’en a pas pâti: sa part tourne toujours autour des 6% depuis 30 ans. Acerta ne constate qu’une légère diminution de 3% entre 1987 et 2017.

La catégorie des paramédicaux est celle qui a doublé en popularité parmi les indépendants en 30 ans. L’augmentation s’explique principalement par le nombre croissant de femmes indépendantes exerçant des professions telles qu’infirmières, kinésithérapeutes, logopèdes, psychothérapeutes... En outre, l’augmentation du nombre de médecins et de chirurgiens s’explique de façon similaire: la popularité de ces professions est passée de 2,8% à 4,4% et ici aussi, majoritairement grâce aux femmes entrées dans la profession.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages