< Retour au sommaire

« Mon employeur » est l’institution qui inspire le plus confiance

Au cours de l’année écoulée, la confiance a profondément changé. « Mon employeur » (70%) inspire aujourd’hui une plus grande confiance que les entreprises (50%), les ONG (49%), les médias (42%) et les gouvernements (39%).

C’est ce qu’on apprend des données européennes du Baromètre de confiance (Edelman Trust Barometer), une étude annuelle mondiale mesurant l’état de confiance dans 28 pays, dont six pays de l’Union européenne (France, Irlande, Allemagne, Espagne, Italie et Pays-Bas). Autrement dit: les sondés attendent des dirigeants d’entreprise qu’ils prennent les rênes de la lutte pour le changement. En effet, plus de 72% des répondants européens affirment que les chefs d’entreprise devraient prendre la tête du changement plutôt que d’attendre qu’il ne soit imposé par les gouvernements. Par ailleurs, 71% estiment qu’une entreprise peut implémenter des mesures qui lui permettent non seulement d’accroître ses bénéfices, mais également d’améliorer les conditions économiques et sociales de la collectivité où elle opère.

Les employés comptent sur les employeurs potentiels pour apporter des changements positifs en plaidant pour l’égalité salariale (70%), la formation pour les emplois de demain (64%) et la protection des données (55%). En outre, les attentes des collaborateurs intègrent de plus en plus les changements sociétaux, avec pour priorité que l’employeur offre une progression salariale, mais aussi des formations et une évolution professionnelle, ainsi que des emplois intéressants et gratifiants.

Manque de confiance dans le système

Les conclusions de l’étude du Baromètre de confiance révèlent que 45% du public averti n’a pas confiance en ses institutions. Aussi bien le grand public que le public averti témoignent d’un manque de confiance partagé dans le système: 57% des résidents européens interrogés estiment que le système est un « échec pour eux ». Ces chiffres soulignent également un pessimisme croissant face à l’avenir: dans les pays développés, seule une personne sur trois estime que sa famille aura une vie meilleure dans les cinq prochaines années. La crainte de la perte d’emplois est elle aussi largement répandue, à cause du manque de formations (54%), de l’automatisation (51%) et des conflits commerciaux (51%).

La disparité de la confiance s’explique en partie par le genre: l’écart de confiance entre les hommes et les femmes atteint une valeur à deux chiffres dans plusieurs pays développés, comme l’Allemagne (12 points) et les États-Unis (11 points), principalement en raison du faible taux de confiance des femmes à l’égard du monde des affaires (46% pour les femmes contre 54% pour les hommes).

Autres résultats clés du Baromètre de confiance 

  • La confiance a augmenté dans 12 des 15 secteurs analysés, avec en tête la technologie (78%) qui inspire le plus confiance, suivie de l’industrie manufacturière (70%) et du secteur automobile (70%), qui ont connu la plus forte hausse avec +7 points. Les services financiers ont enregistré une hausse de +2 points pour atteindre 57%, et sont une fois de plus considérés comme les moins fiables au niveau mondial.
  • Les sociétés dont le siège social est situé en Suisse (71%), en Allemagne (71%), au Canada (70%) et au Japon (69%) sont réputées comme les plus fiables. Les pays dont l’image de marque inspire le moins confiance sont le Mexique (36%), l’Inde (40%), le Brésil (40%) et la Chine (41%).
  • 71% des employés estiment qu’il est d’une importance capitale pour leur patron de réagir aux périodes difficiles.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages