< Retour au sommaire

Mobilité bruxelloise: le baromètre s’affole!

Comment la circulation dans et autour de Bruxelles a-t-elle évoluée en 2017 comparativement à 2016? 87% des répondants au dernier baromètre de BECI estiment que la situation a empiré par rapport à 2016. En juillet 2017, « seulement » 76,6% des répondants partageaient cet avis. La mobilité reste la priorité numéro 1 des entreprises à Bruxelles. Rien de neuf donc, sauf que cette préoccupation prend des proportions inattendues.

« En termes de mobilité, tous les indicateurs du dernier baromètre Beci sont de plus en plus dans le rouge, avec des écarts impressionnants par rapport à l’édition précédente. Plus que jamais, la mobilité est la préoccupation majeure des sondés, toujours plus nombreux à juger qu’il s’agit là du thème ultra-prioritaire », déclare Ischa Lambrechts, Conseiller Mobilité chez Beci. Concernant la politique régionale de mobilité à Bruxelles, 68% des sondés se déclarent totalement insatisfaits, contre 57% en juillet 2017. Quant à la politique fédérale de mobilité, son appréciation se dégrade également dans des proportions importantes. 48% des répondants se disent totalement insatisfaits, contre « seulement » 41% en juillet 2017. Par ailleurs, 70% des répondants se déclarent totalement insatisfaits de la gestion des travaux par la Région de Bruxelles-Capitale. Quand on interroge les entreprises sur le thème prioritaire d’intervention dans la commune où elles travaillent, là encore, la mobilité occupe de loin la première place, avec 34%, largement en tête devant la propreté (13%), l’organisation des chantiers (13%), le parking (12,5%) ou la sécurité (11%).

Quels sont les trois thèmes à traiter en priorité par le gouvernement bruxellois?

Sur cette question, on assiste à d’importants glissements de tendance. La mobilité qui était déjà à un score jamais atteint de 65,5% a encore augmenté pour passer à un nouveau record de 72,7%. La propreté fait un bond impressionnant et s’invite à la deuxième place, avec 27,5%. La troisième place reste occupée par la simplification des procédures administratives à 25% (contre 33,7% précédemment).

On constate depuis 10 ans une légère diminution du nombre de véhicules en circulation à Bruxelles, mais il y a plus d’embouteillages (un allongement quotidien de 44 minutes par rapport à une situation de fluidité). Les raisons de cette augmentation? Les nombreux projets de réaménagement des espaces publics, la gestion des feux, la rénovation des infrastructures bruxelloises... Le nombre de chantiers a été multiplié par 10 sur les 5 dernières années. « Le résultat record de la mobilité est sans nul doute la traduction de problèmes irrésolus et d’une incapacité à les surmonter de manière satisfaisante, couplée à une gestion de chantiers erratique, comme l’actualité a pu l’illustrer. La congestion impacte non seulement les habitants et les navetteurs mais aussi les transports publics en surface, le Service d'Incendie et d'Aide Médicale Urgente et le transport de marchandises », observe Olivier Willocx, administrateur délégué de Beci.

Beci déclare que tout cela continuera d'avoir un impact négatif pour l’économie bruxelloise et rend Bruxelles moins attrayante comme lieu d’établissement pour les entreprises, mais aussi pour le recrutement de personnel. Les entreprises éprouvent des difficultés à trouver du personnel en raison des problèmes de mobilité.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages