< Retour au sommaire

L’expérience collaborateur est-elle un concept utile pour l’entreprise?

Le concept d’expérience collaborateur a le vent en poupe, alors qu’il existe très peu de travaux académiques sur le sujet. Effet de mode ou concept pertinent à investir? Dans le cadre de sa recherche collaborative sur l’expérience collaborateur, l’agence française Conseil & Recherche a invité trois chercheurs de premier plan pour l’éclairer à partir de leurs points de vue et des acquis de recherches issus de leurs domaines respectifs: les sciences de gestion, la psychologie du travail et la psychologie positive.

S’il reste à définir précisément ce dont on parle quand on fait référence à l’expérience collaborateur (« Employee Experience » en langue de Shakespeare), les quelques écrits existant sur le sujet témoignent du désir de présenter une vision positive du travail à destination des managers et, plus largement, des travailleurs, relève Pierre-Yves Gomez, professeur de gestion à l’EMLyon Business School, auteur de l’ouvrage Intelligence du travail (Desclée de Brouwer, 2016) et chercheur partenaire de cette recherche. Lancée en novembre dernier par Conseil & Recherche, elle peut compter sur la participation de six entreprises: la Banque Populaire, Pôle Emploi, La Poste, la RATP, Sodexo et la Caisse d’Allocations Familiales de Paris.

Animé par Pierre Naves, pilote de la recherche collaborative, le panel de chercheurs réunis à Paris a permis une meilleure compréhension de cette notion émergence et des façons de la mobiliser. Outre Pierre-Yves Gomez, il était composé d’Yves Clot, professeur à la Chaire de psychologie du travail du CNAM et auteur de l’ouvrage Le travail à cœur (La Découverte, 2010), et de Jacques Lecomte, docteur en psychologie et spécialiste de la psychologie positive, président d’honneur de l’Association française et francophone de psychologie positive (AFfPP) et auteur du livre Les entreprises humanistes (Les Arènes, 2016).

« Dans la discipline de gestion, il existe, d’une part, une approche marketing de la place du collaborateur au sein de l’entreprise et, d’autre part, une approche organisationnelle, introduit Pierre-Yves Gomez. Les deux perspectives correspondent à des visions différentes de l’entreprise: un grand marché ou une communauté à inventer. La notion d’expérience collaborateur est d’autant plus difficile à étudier qu’elle est étroitement liée à nos représentations de l’entreprise et de la place qu’y occupe l’individu. »  

L’expérience collaborateur dépasse-t-elle pour autant l’effet de mode? « La recherche se distingue par sa vigilance à l’égard des modes qui passent, répond Yves Clot. Prenons le domaine de la santé au travail: on a eu le stress; maintenant, on a le burn-out. Il y a eu les risques psychosociaux (RPS). Aujourd’hui, les projecteurs sont sur la qualité de vie au travail (QVT). D’autres parlent de bonheur au travail. Il y a comme une obsolescence programmée du vocabulaire. Je le vois comme le symptôme d’une angoisse autour de la qualité: c’est quoi le travail bien fait, dans lequel on peut se reconnaître? Qu’est-ce qui fait que, le soir quand je rentre chez moi, avec ma famille, je parle ou je me tais sur mon travail? Est-ce que je m’y retrouve ou pas? Mais s’il faut du recul par rapport aux modes, il importe aussi que la recherche ne passe pas à côté de sujets émergents dans les entreprises, comme l’expérience collaborateur. »

« Est-ce que l’expérience collaborateur relève de l’effet de mode?, recentre Jacques Lecomte. Ces dernières années, nous sommes passés des risques psychosociaux — dépressions, burn-out, suicides… — à la qualité de vie au travail. Ce qui, au regard de la psychologie positive, ne peut que me satisfaire! Je me méfie de l’injonction au bonheur, de la dictature du positif. Mais l’idée d’expérience collaborateur nous amène un concept fédérateur rassemblant des thèmes déjà existants: la motivation, le sens, la coopération, le bien-être au travail… Il est cependant difficile de prévoir si ce concept est appelé à durer ou s’il ne s’agira que d’une mode passagère. »

Lisez l'article complet dans HR Square n°27 des mois de mars-avril 2019. Demandez un numéro d’essai gratuit à Jens Ottoy ou prenez contact par téléphone au 0483/33.80.68. Pour devenir membre du réseau HR Square et ne manquer aucune de nos éditions, contactez Nathalie Dierickx. L’adhésion à HR Square vous permet de bénéficier de l’accès à l’intégralité du contenu en ligne et à bien d'autres avantages.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages