< Retour au sommaire

L’été reste le moment privilégié pour les vacances

Juillet et août continuent d’être associés aux vacances, indiquent les chiffres d’Acerta relatifs aux dates auxquelles les travailleurs prennent leurs congés. Juillet est le mois le plus populaire, avec 18 à 19% de jours de vacances sur le nombre de jours de travail. Le mois d’août se situe juste derrière avec quelque 16%. Mais d’autres moments comme Noël et Pâques émergent également.

Vacances scolaires et vie active vont donc toujours de pair, soulignent les auteurs de l’analyse. La majorité de la population active a des enfants, ce qui joue bien entendu un rôle dans cette tendance. Qui plus est, lorsque les écoles sont fermées, beaucoup d’autres activités tournent au ralenti: les leçons de sport, le théâtre, etc. Un autre critère rendant les mois d’été si populaires pour la prise des jours de vacances, c’est peut-être tout simplement la météo: les longues journées d’été, tout le monde aimerait en profiter. « À partir du 15 août, tout s’active à nouveau. C’est ce que l'on peut également déduire de nos chiffres », commente Olivier Marcq d’Acerta.

Vacances collectives ou continuité?

Certaines entreprises, surtout dans le domaine de la production, prévoient une période de vacances collectives pendant les mois d’été. Toutefois, pour d’autres, l'objectif est d’assurer la continuité (le service) pendant la période traditionnelle de vacances. Tout le monde ne peut donc pas partir en vacances en même temps. Un AR de 1971 propose de donner la priorité aux parents dont les enfants vont toujours à l’école. « Mais qu’en est-il, dans ce cas, des travailleurs sans enfants dont le partenaire doit se conformer aux vacances collectives? Voilà pourquoi nous conseillons aux entreprises de s’organiser en interne et même de consigner l’accord convenu par écrit dans le règlement de travail. »

Des arrangements clairs, bien réglés

« Il est bon de déterminer à l’avance pour quelles fonctions il est préférable que les travailleurs ne prennent pas leurs vacances en même temps, et/ou combien de personnes doivent rester présentes au minimum au sein d’un département, observe Olivier Marcq. Le bon sens est alors de mise : sur cinq techniciens, un employeur ne peut pas exiger que quatre d’entre eux soient présents en permanence. Différents critères peuvent ensuite déterminer les priorités. La priorité du choix pour les personnes qui ont des enfants, ou l’adoption d’un système de tournante, l’éventuel critère de l’ancienneté, l’établissement d’un maximum de deux semaines consécutives qui peut être un bon compromis... Il y a beaucoup de possibilités. L’employeur peut reconnaître le travailleur le mieux possible dans ces critères, puis communiquer de manière transparente les arrangements. De cette manière, tout se passe bien. » C’est ce qui doit être fait, car tout le monde doit pouvoir prendre des vacances, avec un minimum d’une semaine ininterrompue.

Économe sur les vacances au début

Nous sommes un peuple économe, également en ce qui concerne les jours de vacances. Le mois de janvier, où l’on s’attendrait à trouver le reste des jours de vacances non pris durant les vacances de Noël, est en fait le mois ayant le taux le plus bas de l’année, avec environ 2% de jours de vacances sur tous les jours de travail. Les travailleurs disposent d'un certain « package » de jours de vacances, et ils ne semblent pas disposés à s’en défaire trop rapidement. Cela pourrait expliquer en partie le pic étonnant du mois de décembre, qui atteint un pourcentage d’environ 11%, et ce non seulement en raison des vacances scolaires, mais aussi des travailleurs qui prennent leur solde de jours.

La comparaison des pourcentages de vacances par secteur, région ou sexe indique que les graphiques se ressemblent tous, avec un pic en juillet ou un sommet un peu plus obtus en juillet et août. Un des graphiques révèle une divergence pour ces dernières années: les travailleurs actifs à Bruxelles semblent poser leurs vacances un peu plus tard, avec un pic en août (26%) plutôt qu’en juillet (17%).

Plus de vacances? Elles doivent alors être étalées

La comparaison entre les entreprises et le degré de vacances démontre qu’une augmentation du nombre de travailleurs implique une augmentation du pourcentage de vacances. Il s’avère que que les travailleurs des grandes entreprises ont plus de vacances que ceux actifs dans des petites sociétés. « Les vacances d’ancienneté, les jours RTT, etc. Tout cela est réglé dans les CCT. Les grandes entreprises font-elles un peu plus que le strict minimum? Ou cela a-t-il à voir avec l’ancienneté? Ses vacances supplémentaires sont manifestement prises en dehors et en plus des mois les plus populaires. Que les pourcentages augmentent dans ces cas-là peut être lié à la popularité des mois d’été chez tous les travailleurs. » Enfin, la comparaison des pourcentages de vacances prises par les hommes et les femmes nous apprend que les hommes prennent ou peuvent prendre plus de vacances, et ils le font manifestement surtout en juillet et en décembre.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages