< Retour au sommaire

Les villes asiatiques et suisses sont les plus chères pour une expatriation

Luanda, la capitale de l’Angola, est l’endroit le plus cher au monde pour vivre. Des villes comme Hong Kong, Zurich, Singapour et Genève dominent ensuite le classement mondial. Bruxelles recule de 46 places comparé à l’an dernier, pour se placer en 102e position.

C’est ce que révèle la 21e étude Cost of Living du fournisseur de services RH Mercer, qui compare les coûts de 207 villes à travers le monde. L’étude aide les multinationales et les pouvoirs publics à déterminer les conditions de travail des expats. Elle prend en compte les prix locaux de plus de 200 biens et services, comme les frais de logement, le transport, l’alimentation, l’habillement, les produits ménagers et les loisirs.

Bruxelles perd donc 46 places dans le classement. On considère que d’autres villes d’Europe occidentale sont également devenues relativement plus abordables. Londres maintient sa 12e position, tandis qu’Aberdeen (82) et Birmingham (80) grimpent dans le classement. Paris (46), Vienne (56) et Rome (59) chutent respectivement de 19, 24 et 28 places. Les villes allemandes de Munich (87), Francfort (98) et Berlin (106) accusent elle aussi une forte baisse. Ces baisses sont une conséquence de l’euro qui est relativement moins cher par rapport au dollar américain. Par ailleurs, les frais de logement à Bruxelles sont de loin inférieurs à ceux, par exemple, de Luanda, qui est en tête du classement. Le loyer d’un appartement deux chambres moyen avoisine 1.900 € à Bruxelles, alors qu’il atteint presque 6.000 € à Luanda. « Même si Luanda est une ville relativement bon marché, les coûts pour les expats y sont particulièrement élevés, affirme Ellen van Arenthals, Mobility Consultant Benelux chez Mercer. C’est surtout parce que de nombreuses marchandises doivent être importées et que les investissements dans la sécurité du personnel étranger sont importants. »

Hong Kong occupe la deuxième place du classement mondial, suivie de Zurich (3), Singapour (4) et Genève (5). Les autres villes du top 10 sont Shanghai (6), Pékin (7), Séoul (8), Berne (9) et N’Djamena (Tchad, 10). Trois villes européennes figurent dans le top 10: Zurich (3), de loin la ville européenne la plus chère, Genève (5) et Berne (9). La Suisse reste l'un des endroits les plus chers pour les expats, en raison de la forte valeur du franc suisse par rapport à l’euro. En raison de la dévaluation du rouble par rapport au dollar américain, notamment à cause de la baisse des prix du pétrole et de la crise en Ukraine, des villes russes comme Moscou (52) et Saint-Pétersbourg (152) sont reléguées bien plus bas dans le classement, respectivement à la 41e et 117e position. Les villes les moins chères sont Bishkek (Kirghizistan, 207), Windhoek (Namibie, 206) et Karachi (Pakistan, 205).

« D’après les résultats de notre Worldwide International Assignment Policies and Practices Survey 2015, qui paraîtra plus tard cette année, près de 75 % des multinationales s’attendent à une stabilisation ou à une croissance des missions de longue durée pour les expats dans les deux prochaines années. Placer du personnel en dehors des frontières est un élément crucial pour être concurrentiel sur le marché, surtout avec la poursuite de la globalisation de l’économie. Il est en outre nécessaire que les employeurs disposent d’informations fiables et précises sur les coûts des programmes d’expats », souligne encore Ellen van Arenthals.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages