< Retour au sommaire

Les PME envisagent de créer plus de 11.000 nouveaux emplois grâce à la réduction des coûts salariaux

Plus d’une PME sur quatre pense qu’elle emploiera davantage de travailleurs à la fin 2016 qu'aujourd'hui, indique la dernière enquête de SD Worx. Le « taxshift » est vu comme un incitant. Si des emplois seront ainsi créés, les mesures de réduction des coûts salariaux ont aussi pour effet d’en 'sauver’.

Quelque 28,3% des PME interrogées pronostiquent un accroissement de leur effectif avant la fin 2016. Plus de la moitié d'entre elles (52%) ajoutent qu'elles auraient fourni la même réponse sans la baisse des cotisations patronales. Pour 29% des PME anticipant une augmentation de leur effectif, la réduction de la cotisation patronale représente un coup de pouce supplémentaire à l'embauche. Enfin, 19% des PME envisagent d'étoffer leur effectif exclusivement en raison de la baisse à 25% des cotisations patronales.

Transposés à l'ensemble de la population des PME interrogées, ces chiffres se présentent comme suit: 5,3% envisagent une croissance uniquement grâce à la réduction de la cotisation patronale, 8,3% considèrent cette dernière comme un incitant additionnel et 14,8% ont l'intention de créer des nouveaux emplois sans que cette baisse de la cotisation patronale entre en ligne de compte.

Au cours du 2e trimestre 2014, on dénombrait selon les chiffres de l'ONSS quelque 216.968 PME employant 100 personnes ou moins. En partant de l'hypothèse selon laquelle chacune des PME qui envisage de créer des emplois nouveaux ne recrute qu'un seul travailleur supplémentaire, on obtient (au minimum) les chiffres suivants:
- 11.347 nouveaux emplois seront créés dans les PME, uniquement grâce aux mesures de réduction (5,23% de 216.968)
- 17.748 nouveaux emplois seront créés dans les PME, notamment grâce aux mesures de réduction (8,18% de 216.968)
- 30.766 nouveaux emplois seront créés dans les PME, sans aucune influence des mesures de réduction

Impact sur la préservation des emplois

La création d'emploi additionnel est un premier enjeu, mais la prévention de la suppression d'emplois en est un second. Environ 62% des PME belges s'attendent à un statu quo de l'emploi pour la fin 2016. Là aussi, l'impact du taxshift est perceptible: 11% des dirigeants de PME anticipent un statu quo grâce à la baisse à 25% de la cotisation patronale. Sans ces mesures de réduction, ils s’attendent à une baisse de l’emploi. À raison de 216.968 PME en Belgique, ce sont donc 23.866 emplois qui seront 'sauvés' grâce à la réduction des coûts salariaux. Ces chefs d'entreprise sont par ailleurs 50,9% à considérer qu'il y aurait eu un statu quo même sans l'effet de la diminution des cotisations patronales à 25%.

Progression de la confiance dans l'impact de la réduction des coûts salariaux

Dès le mois d'août dernier, SD Worx a interrogé les PME belges quant à la mesure dans laquelle la baisse des cotisations patronales contribuerait à créer de l'emploi. Cette même question a été posée à nouveau le mois dernier, avec à la clé une très nette augmentation du pourcentage de réponses positives, à savoir de 7,1% à 18,7%.

Plus les PME sont petites, plus elles sont optimistes

Les petites PME (qui emploient moins de cinq travailleurs) sont significativement plus nombreuses que les grandes à pronostiquer une augmentation de l'emploi uniquement en raison de la baisse à 25% des cotisations patronales, à savoir 6,7% par rapport à 5,23% pour l'ensemble des PME interrogées.

Enfin, il convient également de recenser le nombre de 'nouveaux employeurs' qui se manifesteront après le 1er janvier via leur premier emploi. Aucune donnée n'est disponible pour l'instant sur ce point.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages