< Retour au sommaire

Les perspectives de croissance pour 2016 sont relativement favorables

Bien que la croissance de l’économie belge se soit quelque peu tassée durant la seconde partie de 2015, les perspectives de croissance pour 2016 restent favorables. L’emploi devrait augmenter, en termes nets, de 46.700 unités cette année, soit une hausse nettement plus soutenue que celle attendue pour 2015 (+ 28.000). Le nombre de chômeurs pourrait diminuer de 28.300 unités.

Après plusieurs mois de faiblesse, la confiance des ménages et des entreprises s’est nettement redressée sur la fin de 2015. La dépréciation de la monnaie européenne, la baisse des prix du pétrole et la persistance de conditions monétaires très accommodantes devraient également soutenir l’expansion de l’économie belge en 2016. Par ailleurs, l’économie américaine reste solide et le redressement économique de la zone euro tend à se consolider. En raison du ralentissement de la croissance économique des pays émergents, la croissance de l’économie belge devrait cependant rester modérée (1,5%) en 2016 (contre 1,4% en 2015). L’évolution future de l’activité économique reste également entourée d’une forte incertitude.

Ces constats ressortent des dernières Perspectives économiques publiées par l’Institut de Recherches Economiques et Sociales (IRES) de l’UCL. En Belgique, la situation du marché du travail a continué à s’améliorer de façon significative. Les créations nettes d’emplois furent en effet à nouveau nettement positives (+ 6.700 unités) au 3e trimestre, pour le 9e trimestre consécutif. Celles-ci restent localisées dans le secteur des services (+ 10.700 unités) alors que l’emploi continue à diminuer dans le secteur industriel (- 2.800 unités) et dans la construction (- 1.100 unités). Le chômage a par ailleurs continué à reculer. En décembre, le nombre de demandeurs d’emploi inoccupés était en baisse 24.100 unités sur un an. S’agissant des demandeurs d’emploi indemnisés par l’ONEM, leur baisse sur un an était de 50.000 en novembre. En octobre, le taux de chômage harmonisé Eurostat était de 8,7%. Après plusieurs mois de faiblesse, la confiance des chefs d’entreprise et celle des ménages se sont fortement redressées sur la fin 2015. Ainsi, le climat général des affaires de l’ensemble des entreprises belges a atteint en décembre son niveau le plus élevé depuis un peu plus de 4 ans. Il progresse particulièrement dans l’industrie manufacturière, les services et la construction. En particulier, les intentions d’embauches des entreprises se sont sensiblement relevées en fin d’année. Du côté des ménages, la confiance a également augmenté au cours des derniers mois, se retrouvant ainsi au-dessus de sa moyenne de long terme.

La situation du marché du travail devrait continuer à s’améliorer en 2016, selon les économistes de l’IRES. Les créations d’emplois seront en effet soutenues par le raffermissement de l’activité économique qui est attendu. La réduction progressive du taux des cotisations patronales, de 33 % à 25 %, dans le cadre du « tax shift » devrait également avoir un impact favorable sur l’embauche des entreprises, comme cela apparaît dans les enquêtes de conjoncture de fin 2015. En considérant une faible hausse de la durée moyenne du temps de travail en 2016, le nombre d’emplois créés en termes nets endéans 2016 serait de 46.700 unités. Les créations nettes d’emplois seraient donc nettement supérieures à celles de 2015, estimées à 28.000 unités. Sous l’hypothèse d’une croissance de la population active de 0,3% en 2016, le nombre de demandeurs d’emploi inoccupés diminuerait de 28.300 unités endéans 2016, après avoir baissé de 27.700 unités en 2015. Le taux de chômage redescendrait à 8,2 % fin 2016.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages