< Retour au sommaire

Les options sur actions gagnent en popularité

Parmi les travailleurs percevant un salaire variable, ils sont 9,2% à disposer aujourd’hui d’un système d’options sur actions (ou warrants). Une hausse considérable par rapport aux 5,82% relevés en 2011. Le système n’est plus l’apanage des cadres: il est à présent largement appliqué pour les employés et s’étend progressivement aux ouvriers également.

Une option sur actions est un droit d’acheter un certain nombre d’actions pendant une période donnée à un prix fixé à l’avance ou restant à définir. Dès que les options sur actions sont disponibles, le travailleur peut les vendre. Dans neuf cas sur dix, le travailleur choisit de les vendre dès le premier jour. Et la quasi-totalité des 10% restants est vendue dans les deux semaines. Seule une minorité absolue choisit de conserver plus longtemps les options sur actions, comme un placement.

Dans la population active belge, un peu plus de quatre personnes sur dix (42%) perçoivent un salaire variable, évalue SD Worx. Parmi elles, le système des options sur actions est de plus en plus utilisé comme une manière de se verser l’équivalent d’un bonus. Le système offre en effet des avantages tant pour le travailleur que l’employeur. Ce dernier ne doit pas payer de charges sociales, contrairement à ce qui se passe en cas de versement d’un bonus en espèces. Le travailleur conserve davantage en net que sur un bonus.

« En cas de versement classique en espèces, sur un bonus de 1.000 euros bruts, il reste au travailleur environ 470 euros nets. Soit à peine un tiers de ce que cela coûte actuellement à l’employeur, commente Lode Neyt, legal manager chez SD Worx. Si l’employeur et le travailleur choisissent de consacrer ce même budget à des options sur actions, le montant net peut grimper jusqu’à 670 euros lors d’une évolution en bourse neutre. C’est environ 40% en plus. »

Le système d’options sur actions est notamment populaire auprès des entreprises employant entre 250 et 499 travailleurs, dont 14% perçoivent un salaire variable. C’est au sein des entreprises de plus de 1.000 travailleurs que les chiffres sont les plus bas, avec moins de 4%. Dans les entreprises de jusqu’à 50 travailleurs, la proportion est de 6,89%. Au niveau des secteurs, la construction affiche le résultat le plus élevé, avec 23,2%, suivie par la pharmaceutique (17,13%) et l’industrie (14,2%).

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages