< Retour au sommaire

Les niveaux de stress et d'énergie des travailleurs n'évoluent pas dans le bon sens

Depuis 2009, la proportion d’employés qui estiment subir un niveau de stress insupportable est passée de 26% à près de 31%. De l'autre côté de l'échelle, le nombre de collaborateurs qui affirment être débordants d'énergie a régressé de 5%. La proportion d'ouvriers qui puisent de l'énergie dans leur travail est inférieur de 20% environ à celui des directeurs et cadres supérieurs.

Ces enseignements ressortent d’une enquête menée par SD Worx depuis 2009 auprès de 2.500 travailleurs belges. Quelque 30,8% estiment subir régulièrement un stress inacceptable, alors que ce chiffre s’élevait seulement à 26,5% en 2009. Les facteurs qui influencent le plus le niveau de stress sont le poids mentale et émotionnelle, les délais et le volume de travail (82%). Un deuxième facteur déterminant est l'environnement social (64,7%), à savoir la mesure dans laquelle l'organisation se préoccupe du bien-être de ses employés et le manager se soucie de la dimension humaine du travail. Le troisième paramètre important est la culture d'entreprise (59,8%).

En comparaison avec 2009, on dénombre non seulement davantage d’employés stressées, mais aussi moins d’employés débordant d'énergie. Il y a sept ans, quelque 79,1% des répondants déclaraient puiser suffisamment d'énergie dans leur travail. Ce pourcentage est aujourd'hui en régression de plus de 5%, à 73,7%. Le travail en lui-même a le plus d'impact (74%) sur le niveau énergétique des employés. Ces derniers puisent davantage d'énergie dans leur boulot lorsqu'ils doivent relever des défis, sont fiers de leur job, estiment que leur travail a du sens et sont satisfaits de leurs tâches concrètes. Les deux autres variables qui déterminent le niveau énergétique des employés sont la reconnaissance (67,4%) et les opportunités de progression (65,9%).

Moins d'énergie pour les ouvriers

Les hommes et les femmes ressentent pratiquement les mêmes niveaux de stress et d'énergie au travail. Pas de différence significative non plus selon l'âge. Par contre, la catégorie de personnel a un impact substantiel sur le niveau énergétique de l’employé: plus le niveau de la fonction est élevé, plus la personne puise de l'énergie dans son travail. Les pourcentages sont de 69,7% pour les ouvriers, contre 89,2% pour les membres de la direction et du cadre supérieur.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages