< Retour au sommaire

Les employeurs mettent leurs recrutements en attente

Au niveau national, la Prévision Nette d’Emploi reste assez stable par rapport au trimestre précédent et au 1er trimestre 2015 et affiche la valeur prudente de +1, d’après le dernier baromètre Manpower. A l’échelle mondiale, les intentions de recrutement sont positives dans 39 des 42 pays et territoires sondés. L’étude ne fait ressortir que quelques tendances indiquant un renforcement ici ou là de la dynamique du marché du travail.

Les employeurs belges anticipent une activité de recrutement limitée au cours du 1er trimestre 2016. Au niveau national, seulement 5% des 750 employeurs belges interrogés fin octobre par Manpower prévoient d’augmenter leurs effectifs d’ici la fin du mois de mars 2016, tandis que 4% planifient de les réduire. 88% des employeurs sondés ne prévoient aucun changement dans leur masse salariale. Après correction des variations saisonnières, la Prévision Nette d’Emploi – ou le différentiel entre le pourcentage d’employeurs prévoyant des embauches et le pourcentage de ceux prévoyant des licenciements – atteint la valeur prudente de +1, restant assez stable tant par rapport au trimestre précédent qu’au 1er trimestre 2015.

« Les résultats de notre baromètre indiquent combien la reprise reste fragile sur le marché de l’emploi, non seulement en Belgique mais dans de nombreux pays à travers le monde, observe Philippe Lacroix, Managing Director de ManpowerGroup BeLux. Face aux incertitudes toujours nombreuses, les employeurs restent le plus souvent dans l’expectative et hésitent encore à créer de nouveaux emplois. Ils attendent des signes plus manifestes de reprise de l’activité économique. Néanmoins, les mesures prises récemment pour réduire les charges liées aux embauches et favoriser la compétitivité des entreprises devraient nous inciter à plus d’optimisme en ce qui concerne l’évolution de l’emploi en 2016. »

L’activité de recrutement devrait rester assez limitée dans les trois régions du pays. A Bruxelles (+2), la Prévision Nette d’Emploi reste relativement stable par rapport au trimestre précédent (baisse de 1 point) pour atteindre son niveau le plus faible depuis le 1er trimestre 2014. En Flandre, le regain d’optimisme observé lors du trimestre précédent ne s’est pas confirmé. La Prévision Nette d’Emploi perd 6 points pour se fixer à +1. 91% des employeurs sondés en Flandre prévoient de stabiliser leurs effectifs au cours du prochain trimestre. En Wallonie, les employeurs se montrent plus optimistes que lors du trimestre précédent (hausse de 5 points), ce qui ramène la Prévision Nette d’Emploi dans le vert (+1).

Les employeurs de six des dix secteurs sondés anticipent une activité de recrutement positive au cours du 1er trimestre 2016. Les perspectives d’emploi sont encourageantes dans le secteur du Commerce de gros et de détail (+8, la Prévision Nette d’Emploi la plus optimiste depuis le 2e trimestre 2011) et le secteur de la Finance, de l’assurance, de l’immobilier et des services aux entreprises (+7, meilleur score depuis le 1er trimestre 2013). Les intentions de recrutement sont modérément positives dans le secteur du Transport et de la logistique (+4). L’activité de recrutement devrait rester assez faible dans les secteurs des Industries extractives (+2), de l’Electricité, gaz et eau (+2) et de la Construction (+1). Les employeurs de quatre secteurs rapportent des intentions de recrutement négatives : l’Industrie manufacturière (-1, la Prévision Nette d’Emploi la plus faible et pour la première fois négative depuis le 1er trimestre 2014), les Services publics, l’éducation, la santé et les services collectifs (-1), l’Horeca (-2) ainsi que l’Agriculture et la pêche (-3). Par rapport au trimestre précédent, les intentions de recrutement reculent dans six secteurs, alors qu’elles progressent dans quatre autres. Par rapport au 1er trimestre 2016, la confiance des employeurs s’améliore dans cinq secteurs et se détériore dans cinq autres.

Peu de signes d’amélioration au niveau mondial

Plus de 58.000 employeurs ont été interrogés par ManpowerGroup dans 42 pays et territoires afin de mesurer leurs intentions de recrutement pour le 1er trimestre 2016. A l’échelle mondiale, les employeurs de 39 pays sur les 42 couverts par l’étude ont l’intention d’augmenter leurs effectifs à des degrés divers au début de l’année 2016. Les perspectives d’emploi devraient rester comparables à celles du quatrième trimestre 2015. Les intentions d’embauche s’améliorent dans 23 pays sur 42 en comparaison trimestrielle, elles reculent dans 13 autres et restent inchangées dans six pays. La prévision nette d’emploi se renforce dans 19 pays et territoires en comparaison annuelle, baisse dans 18 autres et reste inchangée dans cinq pays.

C’est en Inde (+42), à Taiwan (+29), au Japon (+ 23) en Turquie (+19) et aux Etats-Unis (+17) que l’on trouve le climat d’embauche le plus favorable. Les employeurs font preuve d’un optimisme modéré en Chine (+7). A l’inverse, les prévisions les plus faibles – et les seules négatives – sont celles de la France (-1), de la Finlande (-6) et du Brésil (-13). Dans la région EMEA, les perspectives d’emploi pour le 1er trimestre 2016 sont positives dans 22 des 24 pays sondés, indiquant une légère amélioration par rapport au trimestre précédent où 19 pays étaient en positif. Les intentions d’embauche s’améliorent dans 14 pays en comparaison trimestrielle et elles ne reculent que dans sept autres. En comparaison annuelle, la Prévision Nette d’Emploi progresse dans 12 pays et se détériore dans huit autres.

Une fois encore, les prévisions les plus optimistes sont celles enregistrées en Turquie (+19). Les perspectives d’emploi sont également assez favorables en Slovaquie (+13), en Roumanie (+12), en Hongrie (+11), en Bulgarie (+10) et en en Pologne (+9). Les employeurs font preuve d’un optimisme modéré au Royaume-Uni (+7), tandis qu’ils se montrent plus prudents en Espagne (+4), aux Pays- Bas (+3) ou en Allemagne (+3, en légère baisse en comparaison trimestrielle et annuelle). La Prévision Nette d’Emploi redevient positive pour la première fois depuis cinq ans en Italie (+1) – au même niveau que la Belgique (+1) –, alors qu’elle est légèrement négative en France (-1) et la plus faible de tous les pays sondés en Europe, en Finlande (-6).

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages