< Retour au sommaire

Les dirigeants se montrent plutôt compréhensifs à l'égard de leurs collaborateurs

Les PME et leurs dirigeants font preuve de souplesse à l'égard de leurs collaborateurs lorsque ces derniers leur demandent de déroger à l'horaire de travail normal pour des raisons familiales. Dans un tel cas, plus de 90% des PME autorisent leurs travailleurs à commencer le travail plus tard, à le terminer plus tôt ou à l'interrompre. Lorsqu'il s'agit de raisons sociales, la souplesse est moindre.

La très grande majorité des PME belges (94,5%) autorisent leurs travailleurs, dans certaines situations bien précises, à commencer le travail plus tard ou à le terminer plus tôt, montre une étude menée par SD Worx auprès de 864 petites et moyennes entreprises. Quelque 91% des PME y consentent lorsque les raisons invoquées sont familiales (visite chez le dentiste, enfant malade, etc). Les raisons 'sociales', telles qu'une fête de voisinage ou un bref séjour à l'étranger pour supporter les Diables Rouges, ou encore la pratique d'un hobby, ne sont généralement pas considérées par les PME comme des raisons valables pour déroger aux heures de travail. Cette latitude n'est accordée que par 39,8% (raisons sociales) et 14% (hobbys) des PME respectivement.

Les PME wallonnes sont moins souples que leurs consoeurs bruxelloises et flamandes. Elles sont en effet 10,4% à affirmer qu'il n'est pas possible de déroger aux horaires de travail officiels, quelle que soit la raison (vs. 3,6% en Flandre et 3,4% à Bruxelles). Les PME jeunes et petites font preuve de davantage de souplesse lorsqu'il s'agit d'une raison sociale: 41,2% des PME employant moins de 5 personnes permettent à leurs collaborateurs de commencer plus tard ou de terminer plus tôt pour des raisons sociales.

Pas de télétravail pour plus de la moitié des PME belges

Observation étonnante: plus de la moitié des PME (58,8%) n'autorisent pas le télétravail. Lorsqu'on les interroge sur la question, elles sont 9 sur 10 à affirment que le télétravail n'est pas possible dans leur secteur. Dans 19,7% des PME, tous les collaborateurs sont autorisés à télétravailler. Un peu plus d'une PME sur cinq (21,5%) autorisent le télétravail, mais seulement pour certaines fonctions au sein de l'entreprise. Deux entreprises sur trois autorisant le télétravail indiquent que leurs travailleurs y ont régulièrement recours. Un peu moins de la moitié des PME (47%) n'imposent pas de limite à cette pratique.

« Les différences entre les régions sont marquantes, observe Vassilios Skarlidis, directeur d’agence SD Worx Louvain-la-Neuve. Le télétravail est le plus fréquent dans les PME bruxelloises. Le pourcentage est de 55% à Bruxelles, contre seulement 39% en Wallonie et en Flandre. Les petites entreprises bruxelloises octroient en outre plus souvent cet avantage à tous leurs collaborateurs que leurs consoeurs wallonnes et flamandes. Le fait que le télétravail se prête mieux à un environnement tertiaire n'y est pas étranger. »

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages