< Retour au sommaire

Les dirigeants internationaux sont optimistes pour 2016

Instabilité géopolitique, crises gouvernementales, chômage structurel élevé: l’année 2015 aura été difficile. Mais la confiance semble à nouveau de mise pour 2016. Interrogés par Forbes pour KPMG dans 10 pays, les dirigeants sont confiants et se disent prêts à passer à l’offensive face aux défis économiques mondiaux qui s’annoncent.

A en croire l'étude menée par Forbes pour KPMG dans 10 pays, les dirigeants d’entreprises sont optimistes en ce qui concerne l’économie: 62% d’entre eux se disent plus confiants que l’année dernière dans les perspectives de croissance de l’économie mondiale au cours des trois années à venir. Seuls 6% sont moins confiants. Ils sont toutefois moins sûrs des perspectives de leurs propres organisations. Qu sujet des perspectives de croissance de leur organisation au cours de l’année prochaine, 54% se disent plus confiants que l’année dernière et seuls 13% le sont moins. Les répondants sont également optimistes en matière d’emploi: 78% prévoient d’embaucher jusqu’au premier semestre 2018.

Autre enseignement: la croissance sera à la fois organique et externe. En effet, les dirigeants d’entreprises sont de plus en plus nombreux à prévoir des acquisitions pour l’avenir. Près de la moitié d’entre eux (48%) anticipe qu’une acquisition modifiera la structure du capital de leur organisation dans les trois années à venir. 47% déclarent que des montants significatifs seront alloués au développement de leur activité sur les marchés étrangers.

La croissance économique mondiale et l’environnement réglementaire sont de loin les problèmes ayant l’impact le plus significatif sur leurs activités. La réglementation fiscale, suivie de la réglementation environnementale et de l’information financière des sociétés sont leurs trois principales sources d’inquiétude en matière de réglementation.

La fonction de directeur financier est celle qui devrait le plus gagner en importance au cours des trois années à venir, selon plus de la moitié des dirigeants d’entreprises du monde entier (53%). Sont ensuite cités le directeur des opérations (49%), le directeur marketing et le directeur des systèmes d’informations (respectivement 40%). Le DRH n’est pas cité dans l’étude, alors que le manque de compétences et la transformation de l’entreprise sont pourtant identifiés comme des défis majeurs pour les années à venir…

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages