< Retour au sommaire

Les CEO ayant des filles gèreraient leur entreprise de façon sociétalement plus responsable

Les entreprises dont le patron a un enfant de sexe féminin enregistrent de meilleurs indicateurs de diversité, de relations avec les collaborateurs et de comportement environnemental. Le fait d’avoir une fille influencerait les décisions que les dirigeants prennent, ce qui se traduit par d’autres priorités pour leur organisation.

L’étude a été réalisée par Henrik Cronqvist (Université de Miami) et Frank Yu (China Europe International Business School). Les deux chercheurs ont comparé les classements en matière de responsabilité sociétale d’entreprise (RSE) des entreprises de l’indice S&P 500 aux données relatives à la progéniture de leurs CEO respectifs. Conclusion: quand une société est dirigée par un CEO ayant au moins une fille, elle score en moyenne 11,9% plus haut en matière d’indicateurs RSE que la médiane. Le différentiel est de +6,3% pour les indicateurs relatifs aux relations avec les employés et de 13,7% pour ceux portant sur la diversité. Elle dépense aussi 13,4% de ses revenus nets en plus en matière de RSE.

« La littérature en économie, en psychologie et en sociologie suggère que les femmes tendent à se soucier davantage du bien-être des autres et de la société en général comparé aux hommes, et que les enfants de sexe féminin peuvent accroître cette préoccupation chez leurs parents », commente Henrik Cronqvist, interrogé par Harvard Business Review. Une autre étude a ainsi montré que les représentants du congrès américain qui ont des filles ont tendance à voter de façon plus libérale, en particulier sur les législations portant les droits sexuels et reproductifs. « Nous savons depuis longtemps que les parents influencent leurs enfants. Il est désormais clair que l’inverse est aussi vrai. Les enfants peuvent modifier la façon dont leurs parents pensent et agissent, non seulement à la maison mais aussi au travail. »

D’après l’étude, c’est moins le nombre de filles qu’ont les CEO qui importe, que le fait d’en avoir une. « Les scores des entreprises en matière de RSE augmentent effectivement en relation avec le nombre de filles qu’ont leur CEO, mais cet effet n’est pas linéaire », précisent les chercheurs. Malheureusement, l’échantillon était trop disproportionné - 14 des 379 CEO « étudiés » étaient des femmes - pour savoir si l’effet identifié s’appliquait aussi dans leur cas. « Mais il est évident que les entreprises dirigées par des femmes ont aussi des indicateurs RSE plus élevés dans toutes les sous-catégories analysées: diversité, relation avec les collaborateurs, environnement, droits de l’home, communauté… » A ce titre, avoir une dirigeante semble importer davantage que d'avoir un dirigeant ayant une ou des fille(s).

Source: Harvard Business Review (www.hbr.org)

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages