< Retour au sommaire

Les Belges sont plutôt satisfaits de leur emploi et de leur qualité de vie

Avec un résultat moyen de 7,5 sur une échelle de 0 à 10, les Belges âgés de 16 ans et plus sont plutôt satisfaits de leur emploi, d’après une publication d’Eurostat. Globalement, notre pays dépasse la moyenne européenne sur la plupart des indicateurs, y compris sur la satisfaction générale à l’égard de la vie.

Traditionnellement, les statistiques officielles mettent en évidence les évolutions économiques et sociales à l’aide d’indicateurs tels que le PIB. Or, il est aujourd’hui largement admis que le PIB ne peut pas illustrer à lui seul le degré de bien-être de la population. En effet, la qualité de vie est une notion plus large qui comprend un ensemble de facteurs auxquels les personnes accordent de la valeur dans leur vie, ainsi que de l’appréciation subjective que ces personnes font de ces facteurs.

Dans « Quality of life in Europe – facts and view », Eurostat présente ces différents aspects du bien-être personnel en combinant des indicateurs objectifs et des appréciations subjectives portées par les personnes sur leur situation dans les États membres de l’UE. Un cadre sur la qualité de la vie a été mis au point sur la base de 8+1 dimensions: conditions de vie matérielles, activité productive ou principale (y compris l’emploi), santé, éducation, loisirs et rapports sociaux, sécurité économique et physique, gouvernance et droits élémentaires, environnement naturel et cadre de vie ainsi que la satisfaction générale à l’égard de la vie.

Avec un résultat global moyen de 7,8 sur une échelle de 0 à 10, les personnes âgées de 16 ans et plus dans l’UE tiraient globalement la plus grande satisfaction de leurs relations personnelles. En effet, la satisfaction à l’égard des relations personnelles figurait en première position dans presque tous les États membres de l’UE, sauf en Belgique et en Finlande (où elle était précédée par la satisfaction à l’égard du logement), en Bulgarie (où elle arrivait derrière la satisfaction à l’égard du logement, de l’emploi et du temps de trajet entre le domicile et le lieu de travail) et en Suède (où la satisfaction à l’égard des espaces verts et récréatifs l’emportait). Il est à noter que, dans tous les États membres de l’UE, le niveau de satisfaction à l’égard des relations personnelles était supérieur au niveau de satisfaction générale à l’égard de la vie.

Situation financière et utilisation du temps

En revanche, le domaine à l’égard duquel les résidents de l’UE sont le moins satisfaits était leur situation financière (la note moyenne attribuée dans ce domaine est de 6 parmi la population de l’UE âgée de 16 ans et plus). C’est le cas dans tous les États membres, sauf en Suède, où le niveau de satisfaction à l’égard de l’utilisation du temps se classait légèrement en deçà du niveau de satisfaction à l’égard de la situation financière. En Belgique, l’indicateur s’affiche à un honorable 6,9.

L’utilisation du temps faisait également figure de question majeure dans dix-neuf autres États membres de l’UE, où elle occupait l’avant-dernière place du classement en matière de satisfaction. Parmi les exceptions notables figuraient la Bulgarie (où le cadre de vie et les espaces verts et récréatifs se classaient avant-derniers), Chypre, la Grèce, la Croatie, la Hongrie, le Portugal et la Slovaquie (espaces verts et récréatifs), ainsi que l’Italie (cadre de vie) et la Lettonie (logement).

Parmi les États membres de l’UE, ceux dont les résidents étaient le plus satisfaits de leurs relations personnelles se trouvaient en Irlande (8,6), au Danemark et en Autriche (8,5), ainsi qu’à Malte (8,4). En ce qui concerne la situation financière, c’est dans les trois États membres nordiques, à savoir le Danemark et la Suède (7,6 dans les deux cas) ainsi que la Finlande (7,5), que les résidents étaient le plus satisfaits. Il est à noter que c’est en matière de satisfaction à l’égard de la situation financière que l’écart entre les États membres était le plus marqué, avec une différence de 3,9 points entre la moyenne la plus haute et la moyenne plus basse. À l’inverse, c’est en matière de satisfaction à l’égard de l’emploi et de l’utilisation du temps que cet écart était plus faible, avec une différence de 2,1 points entre la moyenne la plus haute et la moyenne plus basse.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages