< Retour au sommaire

Les banques attirent-elles les bons talents?

Pas forcément, laisse entendre une étude: alors que l’innovation est devenu un point central, le secteur bancaire peine encore à l’incarner et à attirer des profils novateurs. Moins d’un quart des étudiants souhaitant travailler dans le secteur s’attendent à y trouver de l’innovation. Constat: les banques ne sont plus les employeurs de premier choix pour les étudiants, qui en conservent par ailleurs une vision très traditionnelle.

L’étude internationale « Talent in Banking », menée auprès de plus de 200.000 étudiants en écoles de commerce dans 30 pays, s’intéresse à leurs aspirations professionnelles et propose des axes de réflexion pour renforcer l’attractivité du secteur bancaire qui continue de connaître une perte de popularité. Tiré par les géants du secteur, l’IT connaît une popularité grandissante auprès des étudiants d’écoles de commerce (+4,1% entre 2008 et 2015), alors que le secteur bancaire peine à enrayer sa baisse d’attractivité (-4,3% entre 2008 et 2015). A ce rythme, d’ici 2020, le secteur des technologies devrait attirer plus d’étudiants que celui de la banque.

« Après avoir connu un leadership incontestable en termes de popularité auprès des étudiants en écoles de commerce de 2008 à 2013, la banque connaît ces dernières années une baisse d’attractivité et se voit désormais challengée par les géants du secteur IT tels qu’Apple ou Google, analyse Damien Leurent, Associé responsable Industrie financière chez Deloitte. Dans un contexte où l’innovation, les Fintechs et les nouveaux entrants bouleversent le marché, le recrutement des talents est plus que jamais un enjeu majeur pour les banques alors que sa culture reste perçue comme conservatrice par les étudiants. »

Une vision traditionnelle de la banque

La banque pâtit d’une image conservatrice auprès des étudiants. Ceux qui souhaitent y faire carrière sont motivés par le prestige de l’établissement, la possibilité de prendre rapidement des responsabilités et par les perspectives de revenus confortables, alors que l’innovation, l’entrepreneuriat et la créativité sont faiblement plébiscités. Référence d’excellence sur le CV, la banque devient de plus en plus un tremplin pour les étudiants, tout l’enjeu consiste alors à retenir ces talents.

La banque continue d’être perçue comme un milieu masculin, elle présente un attrait plus faible chez les femmes. Seules 39,9% d’entre elles (60% chez les hommes) envisagent une carrière dans le secteur bancaire. La capacité des banques à réduire l’écart salarial entre hommes et femmes, à faire disparaître le plafond de verre et faire émerger ses talents féminins est capitale. Les étudiants attirés par le secteur bancaire sont moins portés sur l’éthique que les autres étudiants d’écoles de commerce; moins d’1/3 d’entre eux attendent des banques qu’elles aient des standards éthiques.

L’équilibre vie privée/vie professionnelle, la sécurité de l’emploi et la possibilité de manager arrivent en priorité des aspirations des étudiants qui se destinent à une carrière dans le secteur bancaire. 47% des jeunes interrogés seraient prêts à quitter un emploi bien rémunéré pour un meilleur équilibre vie privée/vie professionnelle. Le bien-être au travail est la priorité pour 37% d’entre eux, alors que seuls 17% estiment que c’est une priorité pour la direction.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages