< Retour au sommaire

Les actions sociales risquent de coûter 400 millions d'euros à la sécurité sociale

Les grèves coûtent énormément d'argent, dénonce Agoria en marge de sa campagne Pourquoi la grève? La facture des actions syndicales menées en novembre et décembre pourrait ainsi atteindre plus de 2 milliards d'euros, soit 400 millions d'euros de revenus en moins pour notre sécurité sociale.

La campagne tourne autour de la question: Pourquoi la grève? « Il n'est pas interdit de faire grève, mais cela a des conséquences, explique Marc Lambotte, CEO d'Agoria, la fédération de l'industrie technologique. C'est le client qui décide s'il va se tourner vers nos magasins et nos entreprises pour ses achats. À l'heure actuelle, nous perdons des clients tant en Belgique qu'à l'étranger en raison de notre problème de compétitivité, ce qui se traduit par des pertes d'emploi. Au lieu de se chamailler, travailleurs et employeurs feraient mieux désormais d’unir leurs forces pour résoudre ce problème de compétitivité, convaincre à nouveau les clients et créer de nouveaux emplois. »

L'an dernier, rien que dans l'industrie technologique, les différentes fermetures d'entreprises et restructurations ont coûté l'emploi de 6.100 personnes. Et lors du premier semestre de cette année, pas moins de 3.000 travailleurs supplémentaires se sont retrouvés sur le carreau. « Il semblerait que le gouvernement actuel et le précédent aient compris que les clients sont en train de se détourner de nos entreprises, indique Agoria. Le gouvernement Di Rupo Ier avait déjà pris quelques mesures pour réduire les charges pesant sur les entreprises de notre pays. À présent, le nouveau gouvernement Michel Ier souhaite prendre des mesures supplémentaires afin de créer et de conserver davantage d'emploi. »

Vers l'Espagne et les pays limitrophes

Il est de notoriété publique que notre pays est le champion des charges salariales. Mais on avance souvent que ces coûts élevés sont compensés par notre meilleure productivité. « Malheureusement, nos concurrents nous rattrapent sur ce terrain. Afin de pouvoir séduire de nouveaux clients, il est donc impératif d'aborder le problème des coûts élevés et de réduire le fossé entre salaire brut et salaire net. Notre handicap historique en matière de charges salariales vis-à-vis de nos trois pays voisins et principaux partenaires commerciaux s'élève à 16,5 pour cent. Et ce, sans parler de la différence avec des pays d'Europe du sud, comme l'Espagne, qui attirent de plus en plus de clients en dehors de nos frontières. »

Il semble peu réaliste de parvenir à éradiquer notre handicap salarial uniquement au cours de cette législature. « Toutefois, si ce gouvernement arrivait à le réduire ne serait-ce que de cinq à sept pour cent, cela constituerait une différence majeure. Un tel signal remettrait en effet notre pays sur la carte des investisseurs internationaux, engendrant ainsi de nouveaux investissements de la part des entreprises et la création d'emplois. »

Le client est roi. C'est lui qui décide. « Or, nos clients se trouvent surtout à l'étranger. Les deux tiers de la production de l'industrie technologique sont destinés à l'exportation, mais notre pays affiche des prix trop élevés. Et qui dit perte de parts de marché, dit baisse des commandes et pertes d'emploi. Quoi qu'il en soit, les grèves ne semblent pas être une solution. Au contraire: elles entraînent un retard dans les livraisons, ce qui ternit notre réputation auprès des clients. Résultat, en plus de pratiquer des prix supérieurs, nous véhiculons l'image d'entreprises peu fiables. »

« Arrêtons la surenchère et unissons nos forces »

Par le biais de sa campagne Pourquoi la grève?, Agoria entend attirer l'attention sur la situation épineuse dans laquelle notre pays se retrouve piégé. Les coûts salariaux élevés font chuter notre compétitivité, ce qui coûte des emplois et engendre un manque à gagner pour notre modèle social, indique la fédération. « Nous devons briser ce cercle vicieux et avancer ensemble, main dans la main. Certes, cela peut impliquer que nous devions tous fournir des efforts avant de pouvoir à nouveau renouer avec la croissance. Mais c'est nécessaire. Nous invitons les partenaires sociaux à collaborer et à privilégier le redressement de notre économie. Nous devons bien cela à nos 275 000 collaborateurs et aux générations futures », conclut Marc Lambotte.

Davantage d'informations au sujet de cette campagne sur http://www.pourquoilagrève.be    

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages