< Retour au sommaire

Le système de congés actuel gagnerait à être revu

Revoir le système de congés sous l’angle de l’égalité de genre et de la parentalité permettrait de changer l’organisation de la sphère familiale afin de renforcer la présence des femmes sur le marché du travail et de répondre à la demande des hommes de s’impliquer davantage dans leur vie de famille. C’est le point de vue que développe l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes sur base d'une étude récente sur les congés.

L’enjeu aujourd’hui tant pour les hommes que pour les femmes est de pouvoir concilier vie familiale et vie professionnelle. Pour l’Institut, le système de congés actuel doit être revu sous une nouvelle perspective d’égalité de genre et de parentalité. Historiquement, la plupart des systèmes de congé et d’aménagements du temps de travail ont été créés sous l'influence d'une représentation traditionnelle de la maternité. C’est une des raisons pour laquelle les femmes sont encore les principales utilisatrices des différentes formules de congés (67%). Les femmes prennent aussi plus facilement que les hommes des congés à mi-temps ou temps plein (80% de femmes contre 20% d’hommes), cependant le nombre d’hommes diminuant leur temps de travail pour s’impliquer davantage dans leur vie familiale est en constante augmentation.

Les deux évolutions les plus marquantes concernent le congé parental. Entre 2004 et 2017, le nombre d’utilisateurs/-trices a quasiment triplé, passant de 24.000 à près de 70.000 utilisateurs/-trices. La plus forte progression est enregistrée chez les pères dont le nombre a augmenté de 500% en moins de 15 ans.

Le système actuel présente l’avantage de proposer des formules presque sur-mesure pour tous les travailleurs et travailleuses, mais a le désavantage d’être complexe et peu transparent, indique l’Institut qui souhaiterait réfléchir à une réforme globale et centralisée des différentes formules de congé tout en assurant le maintien des acquis sociaux. Le système de congé devrait poursuivre trois objectifs: faciliter la conciliation de la vie familiale et professionnelle des parents; renforcer la présence des femmes sur le marché du travail ; et renforcer l’égalité des femmes et des hommes dans la sphère privée.

« Il est indispensable d’induire un changement dans l’organisation de la sphère familiale afin de permettre aux femmes et aux hommes de mener une carrière professionnelle tout en prenant soins de leurs enfants ou de proches dépendants, déclarait Liesbet Stevens, directrice-adjointe de l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes, en marge de la présentation de cette étude. Plus d'égalité dans la sphère professionnelle passe par plus d'égalité dans la sphère privée. »

La parentalité comme critère protégé

L’Institut recommande à l’État belge d’ajouter la « parentalité » à la liste des critères protégés contre les discriminations fondées sur le sexe, comme le sont déjà la grossesse et la maternité. Cet ajout est nécessaire pour promouvoir l’égalité des femmes et des hommes et combattre les discriminations liées à la parentalité sur le lieu de travail. Actuellement, seules les femmes sont protégées contre un traitement défavorable suite à la demande ou à la prise d’un congé parental. Un traitement défavorable peut être par exemple l’exclusion progressive du ou de la travailleur/-euse, le retour à une fonction différente que celle exercée avant la prise du congé, etc. L’introduction du critère « parentalité » offrirait donc la même protection aux hommes et aux femmes.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages