< Retour au sommaire

Le printemps tardera à venir sur notre marché de l’emploi

C’est ce qui ressort de l’analyse du dernier baromètre Manpower: sur les 751 employeurs interrogés, 6% s’attendent à augmenter leurs effectifs d’ici la fin du mois de juin alors que 3% prévoient de le réduire. 89% des employeurs prônent le statu quo. Davantage d’optimisme se marque dans la capitale.

Après correction des variations saisonnières, la Prévision Nette d’Emploi – ou le différentiel entre le pourcentage d’employeurs prévoyant des embauches et le pourcentage de ceux prévoyant des licenciements  –  atteint la valeur prudente de +2 en stagnation pour le deuxième trimestre consécutif. C’est également une valeur relativement stable (baisse de 1 point) par rapport au 2e trimestre 2014.

« Le faible dynamisme observé ces derniers mois sur le marché du recrutement en Belgique devrait encore se prolonger au cours du prochain trimestre, explique Philippe Lacroix, Managing Director de ManpowerGroup BeLux. En absence de croissance significative, les employeurs de la majorité des secteurs sondés se montrent toujours très prudents et hésitent à initier de nouveaux recrutements. L’an dernier, cela s’est traduit par la création de seulement 15.000 emplois selon la Banque Nationale de Belgique. Mais les perspectives semblent meilleures. Les derniers baromètres de la banque indiquent que la confiance des chefs d’entreprise comme des consommateurs augmente à nouveau. Cette évolution devrait créer un climat plus favorable pour l’emploi à moyen à terme. Les derniers chiffres de croissance de l’intérim confirment également cette tendance. »

Regain d’optimisme à Bruxelles

C’est à Bruxelles que les opportunités d’emploi devraient être les plus nombreuses. La Prévision Nette d’Emploi y affiche son score le plus élevé (+6) depuis le 1er trimestre 2013 et progresse de 2 et 3 points en comparaison trimestrielle et annuelle. Dans les deux autres régions, les prévisions d’embauche sont en léger recul en comparaison trimestrielle et annuelle; le marché de l’emploi ne devrait quasiment pas évoluer en Wallonie (+1)  et en Flandre (0). 93% des employeurs sondés en Flandre sondés ne prévoient aucun changement dans leurs effectifs d’ici la fin du mois de juin.

Intentions de recrutement positives dans cinq des dix secteurs sondés

Les perspectives d’emploi pour le prochain trimestre sont positives dans seulement cinq des dix secteurs sondés. Les employeurs des secteurs du Commerce de gros et de détail et des Industries extractives se montrent les plus optimistes et rapportent les Prévisions Nettes d’Emploi les plus favorables (tous deux à +6). Dans le secteur du  Commerce, il s’agit de la  prévision la plus optimiste depuis le 2e trimestre 2011 et dans le secteur des Industries extractives, l’indice Manpower n’avait plus obtenu un tel score depuis le 3e trimestre 2011. Les intentions de recrutement sont modérément positives dans les secteurs des Services publics, de l’éducation, de la santé et des services collectifs (+4) ainsi que dans les secteurs de la Finance, de l’assurance, de l’immobilier et des services aux entreprises (+3) et du Transport, de la logistique et des communications (+3). Dans trois autres secteurs, les employeurs prévoient une stagnation de leurs effectifs: la Construction, l’Industrie manufacturière et l’Horeca (tous trois avec une Prévision Nette d’Emploi égale à 0). Enfin, les prévisions d’embauche sont légèrement négatives (-2) dans deux secteurs: l’Agriculture et la pêche ainsi que l’Electricité, gaz et eau. Les intentions de recrutement progressent dans cinq secteurs par rapport au trimestre précédent et dans six secteurs par rapport au 2e trimestre 2014.

Plus d’optimisme dans les moyennes et les grandes entreprises

Les employeurs des quatre segments d’entreprise selon la taille des effectifs anticipent une activité de recrutement positive au cours du prochain trimestre. Pour le 2e  trimestre 2015, ce sont les moyennes entreprises (50-249 travailleurs) et des grandes entreprises (≥ 250 travailleurs) qui se montrent les plus optimistes, la Prévision Nette d’Emploi affichant les valeurs assez optimistes de +14 et +9, respectivement. En revanche, les employeurs des petites entreprises (10-49 travailleurs) et des micros entreprises (< 10 travailleurs) se montrent nettement moins confiants en affichant des Prévisions Nettes d’Emploi de +3 et +2.

Intentions de recrutement positives dans 40 pays et territoires sur 42

Plus de 65.000 employeurs ont été interrogés par ManpowerGroup dans 42 pays et territoires afin de mesurer leurs intentions de recrutement  pour le 2e trimestre 2015. Voici les principales tendances qui se dégagent au niveau international.

· Si quelques signes traduisent un regain de dynamisme sur certains marchés de l’emploi, d’autres montrent que l’incertitude des employeurs s’étend bien au-delà des frontières de la zone euro.  Les intentions de recrutement sont positives dans 40 des 42 pays et territoires sondés. Par rapport au 1er trimestre 2015 et au 2e trimestre 2014, les perspectives d’emploi sont hétérogènes : elles s’améliorent dans 15 pays et reculent dans 18 autres en comparaison trimestrielle, tandis qu’elles progressent dans 18 pays et qu’elles déclinent dans 20 autres en comparaison annuelle.

· Intentions de recrutement les plus fortes: Les pays affichant l’optimisme le plus élevé pour le 2e trimestre sont Taiwan (+45), l’Inde (+38), le Japon (+19), Panama (+18), la Nouvelle Zélande (+17) et Hong Kong (+16). Le rythme des embauches reste soutenu aux Etats-Unis (+16), au même niveau que lors du trimestre précédent. Les perspectives continuent de s’assombrir en Chine (+8) et, même si La Prévision Nette d’Emploi reste positive, elle n’a jamais été au plus basse depuis 2009. Par ailleurs, pour la première fois depuis son intégration au Baromètre au 4e trimestre 2009, le Brésil  (-1) enregistre des intentions de recrutement négatives.

· Des augmentations d’effectifs sont à prévoir dans 23 des 24 pays de la région Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA), où seuls les employeurs d’Italie prévoient de réduire leur masse salariale dans les trois mois à venir.

D’un trimestre sur l’autre, l’horizon des demandeurs d’emploi s’éclaircit dans 11 pays et seuls 8 pays de la région enregistrent des perspectives moins favorables. D’une année sur l’autre, les intentions de recrutement progressent  dans 13 pays alors qu’elles reculent dans huit autres. Une fois encore, le marché de l’emploi en Turquie (+16) est le plus dynamique de la région EMEA, suivi de l’Afrique du Sud (+13) de la Finlande (+11) et étonnement de la Grèce (+11). Les employeurs dans la plupart des pays de l’Est se montrent également assez optimistes que ce soit en Roumanie (+11), Hongrie (+10),  Bulgarie (+9), Pologne (+8) ou Slovaquie (+8). À l’approche des élections générales qui se dérouleront au printemps prochain, les employeurs du Royaume-Uni (+6) affichent un optimisme prudent, tandis que le marché de l’emploi en Allemagne (+5) devrait continuer à générer de nouveaux emplois. En Espagne (+4), la Prévision Nette d’Emploi remonte pour le second trimestre consécutif à son niveau le plus élevé depuis le 1er trimestre 2008. Aux Pays-Bas (+4) également, les employeurs semblent renouer peu à peu avec la confiance. Les perspectives d’emploi restent positives en France (+2), même si elles sont moins favorables que lors du trimestre précédent. L’Italie (-6) est une fois encore la lanterne rouge des 42 pays intégrés au Baromètre et les intentions de recrutement y sont désormais négatives pour le 17e trimestre consécutif.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages