< Retour au sommaire

Le phénomène des ‘boomerang employees’ connaît une progression

L’époque où un employeur et un collaborateur sur le départ se disaient adieu pour de bon apparaît bel et bien révolue. Les « boomerang employees » — ces travailleurs qui reviennent en service chez un ancien employeur — constituent un phénomène en croissance.

D’après une étude réalisée par Kronos et Workplace Trends auprès de plus de 1.800 professionnels RH et collaborateurs, 76% des RH se déclarent plus disposés à recruter d’anciens employés que ce n’était le cas il y a cinq ans. La disposition des travailleurs à retourner chez un ancien employeur a également progressé: 40% envisagent un tel effet dit « boomerang ». Malgré les changements d’attitude, il s’agit cependant encore d’un phénomène relativement inhabituel. A peine 15% des travailleurs interrogés sont retournés chez un ancien employeur.

La ‘guerre des talents’

La recherche révèle un changement fondamentale dans la relation « employé-employeur ». Par le passé, le travailleur pouvait déjà être heureux d’avoir un emploi. Cette situation est désormais inversée en raison de la ‘guerre des talents’ sur le marché du travail. La politique de rétention est donc devenue de plus en plus importante ces dernières années. Le départ de collaborateurs coûte cher et trouver le bon remplaçant exige d’investir du temps et de l’argent. Mais les RH vont devoir se faire à cette nouvelle réalité: les jeunes collaborateurs changent plus fréquemment d’emploi que leurs collègues plus âgés, en moyenne tous les trois ans sur le marché américain du travail.

Avantages et motivations des ‘boomerangers’

Le plus grand avantage des ‘employés boomerang’, c’est qu’ils connaissent bien la culture d’entreprise, de sorte qu’ils peuvent facilement s’intégrer dans l’organisation. Il revient donc moins cher de les recruter et de les lancer dans leur « nouvel » emploi. De plus, ces travailleurs ont acquis une connaissance des concurrents durant leur étape professionnelle chez ces derniers.

Les raisons pour lesquelles les collaborateurs quittent et reviennent peuvent varier. Selon une étude réalisée en 2013 auprès de 15.000 employés, 20% ont déclaré prendre une pause et se concentrer sur l’obtention d’un diplôme ou sur l’arrivée d’un enfant. Ces justifications liées aux aléas de l’existence peuvent souvent se retrouver chez les ‘employés boomerang’. Ils peuvent par exemple vouloir passer davantage de temps avec leur famille et revenir une fois qu’ils sont mieux installés.

Mais il existe encore deux autres catégories de ‘boomerangers’: ceux qui partent pour acquérir des compétences et revenir à un niveau supérieur, et ceux qui ont ressenti le besoin de tenter quelque chose de nouveau après avoir travaillé au sein de l’organisation pendant longtemps. Quelle catégorie ne retrouvons-nous pas dans la liste? Ces travailleurs qui ont démissionné de façon tonitruante et qui ont raconté aux RH à quel point ils pouvaient détester leur chef. Un petit rappel amical qu’il n’est jamais intelligent de faire sauter les ponts…

Source: Bloomberg Business (bloomberg.com)

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages