< Retour au sommaire

Le désengagement des salariés semble s’amplifier

C’est ce que laisse entendre une enquête auprès de 1.200 personnes dans 5 pays. A peine 37% des salariés non-cadres se disent fiers de travailler pour leur entreprise et 39% seulement envisagent un avenir à long terme avec leur employeur actuel. Les outils collaboratifs ne répondent pas aux attentes.

La culture d'entreprise en Europe de l'Ouest n'est pas suffisamment adaptée aux besoins et aux attentes des salariés non-cadres, analyse Oracle sur base des résultats de l’étude « From Theory to Action » menée en Allemagne, Espagne, France, Pays-Bas et Royaume-Uni. « Si la plupart des managers et des directeurs considèrent disposer des outils, des instructions et des appréciations dont ils ont besoin pour performer, la majorité des salariés occupant des postes autres que de management pensent qu'ils auraient besoin d'être mieux aidés pour se développer et contribuer à la réussite de leur entreprise. »

Un fossé se creuse

Parmi les révélations les plus parlantes de cette étude, il apparaît que seuls 37% des salariés non-cadres sont fiers de travailler pour leur entreprise. Par comparaison, environ 70% des cadres supérieurs et des directeurs se disent fiers de travailler pour leur entreprise. Il est aussi troublant de constater que seulement 22% des salariés hors management pensent que leur entreprise se préoccupe de leur bien-être et moins d'un tiers pensent que les responsables de leur entreprise sont visibles et approchables.

Ce fossé qui se creuse se traduit par un sentiment généralisé de désillusion parmi les salariés non-cadres. Seuls 21% pensent que leur carrière pourra progresser avec leur employeur actuel et 39% envisagent un avenir à long terme avec leur entreprise.

Des lacunes dans la formation et le développement

Les salariés n'occupant pas des postes de management se sentent particulièrement limités en matière d'opportunités d'évolution et de développement, comparativement à celles offertes à leurs collègues situés plus hauts dans la hiérarchie. Seuls 25% des non-managers disent que les apprentissages et les formations leur sont proposés en fonction de leur projet de développement, alors qu'ils sont plus de 60% parmi les managers seniors et les directeurs.

A peine 31% ont eu un entretien récurrent au cours de l'année passée pour faire le point sur leur carrière, contre près de 70% pour les managers seniors et les directeurs. Les non-cadres sont également déçus par les technologies de collaboration professionnelle qui leur sont proposées. Seuls 22% affirment que leur entreprise fournit des outils d'apprentissage en ligne ou collaboratifs favorisant leur développement. De leur côté, près des trois quarts des directeurs affirment avoir accès à de tels outils.

Ces résultats suggèrent que les entreprises passent à côté des ressources pourtant précieuses que représentent leurs personnels non-cadres, ou qu'il existe un fossé entre ce que les salariés seniors considèrent comme des outils de collaboration utiles et les attentes que les non-managers peuvent avoir en matière de technologies professionnelles.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages