< Retour au sommaire

Le bonus semble être un levier de rémunération grandissant

Trois DRH sur quatre octroient des primes au sein de leur entreprise. Dans la majorité des cas, celles-ci ne dépendent pas uniquement des performances de l’employé, mais aussi des résultats de l’entreprise.

A quelles conditions les entreprises octroient-elles des bonus à leurs employés? Pour le savoir, Robert Half a sondé 200 responsables RH et 200 directeurs financiers belges. 76% des directeurs RH belges octroient des primes au sein de l’entreprise. 34% sont d’avis que l’attribution des primes ne dépend pas seulement des performances de l’employé, mais aussi des résultats de l’entreprise. 27% disent qu’elles dépendent des résultats de l’entreprise et 15% des résultats de l’employé.

L’entretien d’évaluation joue également un rôle essentiel. En Belgique, la prime accordée à un employé est directement liée à l’évaluation de ses performances dans 32% des cas. C’est davantage le cas à Bruxelles (35%) et en Wallonie (36%) qu’en Flandre (24%). Selon les directeurs financiers, les trois principales raisons d’octroyer un bonus à un employé sont: la motivation (39%), la capacité à atteindre et dépasser les objectifs de résultat (33%) et la loyauté envers l’entreprise (25%).

« Les primes font partie intégrante de la politique de rémunération de l’entreprise, et leur succès va grandissant, estime Frédérique Bruggeman, Managing Director Robert Half Belux. De plus en plus d’employés non-cadres reçoivent une prime liée à leurs performances et/ou à celles de l’entreprise. Pour bon nombre d’entreprises, les primes de rétention sont un moyen de fidéliser les salariés, mais aussi de les récompenser de leurs efforts et de les motiver. »

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages