< Retour au sommaire

Le bât blesse toujours en matière d’onboarding

C’est ce que montre une étude publiée par le bureau américain Kronos qui place le sujet parmi les grands défis pour les RH en 2018. L’accueil des nouveaux collaborateurs reste d’une faiblesse criante, au risque de désengager les nouveaux employés pourtant enthousiastes dès lors qu’ils vivent leurs premières semaines dans leur poste.

L’étude — New Hire Momentum: Driving the Onboarding Experience – a été menée par Kronos et l’Human Capital Institute auprès de plus de 350 leaders RH dans des organisations américaines de toutes les tailles et de différents secteurs. Ses auteurs concluent à l’urgence pour les entreprises de requalibrer leurs programmes d’onboarding pour mettre l’accent sur des formations de nature à avoir un réel impact et sur des activités de développement, plutôt que se confiner à de la "paperasserie administrative" au moment où le nouvel embauché fait ses premiers pas dans l’entreprise.

Plus de trois répondants sur quatre (76%) déclarent que les pratiques d’onboarding sont sous-utilisées dans leur organisation. Et l'on n'est pas à une contradiction près. En effet, près de deux tiers (60%) estiment que le principal objectif de ce processus consiste à intégrer les nouveaux employés dans la culture de l’organisation, par exemple la manière de travailler et la façon dont les performances des individus contribuent à son succès. Pourtant, le focus sur la culture d’entreprise n’apparaît en moyenne que dans moins d’un programme d’onboarding sur trois!

Le passage en revue les règles et règlements de travail (75%), la présentation de l’entreprise (73%), l’orientation ressources — comme les technologies, le poste de travail, la visite du bâtiment — (62%) et la responsabilisation à remplir les formulaires d’entrée dans l’entreprise (62%) sont les activités d’onboarding qui obtiennent les scores les plus élevés. Mais, à l’inverse, beaucoup moins d’attention semble portée à des activités devant permettre au travailleur de réussir dans la durée, comme le mentorat (32%), l’évaluation des besoins en formation (37%), l’accès à des ressources de formation (42%) et la rencontre avec des parties prenantes clés/des équipes (47%).

Visiblement, les entreprises ne consacrent pas (ou ne veulent pas consacrer) assez de temps à l’onboarding pour maximiser le potentiel des nouvelles recrues. Plus d’une organisation sur trois (37%) déclare que l’onboarding dure de quelques heures à seulement une semaine; une sur quatre (24%) prévoit un processus étalé sur un mois, et à peine une entreprise sur dix conçoit ce suivi sur une période d’un an.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages