< Retour au sommaire

Laurent Taskin (UCL): « La flexibilité inhérente au télétravail semble bien pratiquée »

Le SPF Mobilité et Transports a récemment publié les résultats d'une enquête réalisée pour évaluer la pratique du télétravail et ses effets sur la mobilité. Professeur à la Louvain School of Management et expert en matière de télétravail, Laurent Taskin a commenté ces résultats sur LinkedIn, et en questionne certains. Il pointe par ailleurs une évolution positive des mentalités quant à l’autonomie et la confiance accordées aux télétravailleurs.

D’après l’enquête du SPF Mobilité et Transports (réalisée auprès de 2.000 travailleurs belges, 1.637 réponses valides), 16,9% des travailleurs interrogés pratiquent le télétravail à domicile régulier (1 jour/semaine ou plus). « Compte-tenu de la définition très stricte adoptée dans l'enquête (remplacer la journée de travail par une journée complète de télétravail à domicile), cette proportion peut être considérée comme importante puisqu'il ne s'agit que de la population de ‘télétravailleurs à domicile réguliers’ (en référence à la typologie traditionnelle utilisée dans les enquêtes institutionnelles et fiables du même type). Ne rentre dès lors pas dans cette comptabilisation les formes de télétravail ad hoc/occasionnel où le travailleur quitte plus tard son domicile pour se rendre au travail, par exemple. »

Pour le professeur, cette donnée est surprenante, « puisque, dans l'enquête de l'Organisation Internationale du Travail publiée en février 2017 (ILO, 2017), les télétravailleurs à domicile réguliers représentaient 6% de la population active occupée belge. Si l'on rajoute les télétravailleurs à domicile occasionnels, dont l'enquête du SPF Mobilité annonce ne pas avoir tenu compte, l'on arrive à un taux d'environ 16%, similaire à celui-ci. N'ayant pas accès au questionnaire utilisé et les éléments de méthodologie présentés étant limités, difficile de dire s'il s'agit d'un flou dans les questions posées, d'un biais d'échantillonnage ou si le résultat est simplement surprenant et indique un accroissement spectaculaire de cette forme de télétravail. »

55% des télétravailleurs à domicile de l'enquête réalisent des déplacements supplémentaires durant leur journée de télétravail, relève-t-il par ailleurs. « Parmi eux, il s'agit dans 45% des cas de faire des courses et dans 27% de s'adonner à des loisirs. La flexibilité inhérente au télétravail semble bien pratiquée, ce qui peut constituer un indice de l'autonomie et de la confiance accordées au travailleur dont on évaluerait le travail sur base du résultat plutôt que du temps passé derrière son écran. Une bonne nouvelle. »

La pratique du télétravail n'est pas sexuée, et n'est pas liée à l'âge, observe Laurent Taskin. « Les taux de pratique du télétravail à domicile sont similaires dans ces différentes populations. Il serait davantage pratiqué en Wallonie et à Bruxelles qu'en Flandre. Ces données confirment les enquêtes les plus récentes sur le sujet (depuis 2009). S'il ne semble pas y avoir d'effet générationnel dans la pratique du télétravail, l'enquête ne dit rien des raisons pour lesquelles certains choisissent de télétravailler. Et, ici, l'on pourrait s'attendre à quelques différences liées à l'âge, par exemple. » L'isolement social, c’est-à-dire le manque d'interactions avec ses collègues, demeure l'inconvénient majeur du télétravail: « Il est davantage perçu par ceux qui ne télétravaillent pas (73% d'entre eux pointent ce désavantage) que par les télétravailleurs (47%) », conclut-il.

L'enquête est accessible via ce lien.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages