< Retour au sommaire

Laurent Taskin à l’ADP BruBra: « L’enjeu pour les DRH? Remettre le travail au cœur de la GRH! »

Le professeur Laurent Taskin était l’invité de la réunion de l’ADP BruBra ce mardi pour une « causerie » autour de son dernier livre, 'Management humain', co-écrit avec Anne Dietrich. Il a expliqué en quoi la GRH exigeait une approche renouvelée, adaptée aux enjeux d’un monde dont la seule constante est le changement.

Laurent Taskin le reconnaît d'emblée: le sous-titre de son livre - Pour une approche renouvelée de la gestion des ressources humaines - est quelque peu présomptueux. Bien que : il y a suffisamment de signaux, aujourd’hui, montrant qu’il y a un souci avec la gestion d’entreprise en général, et avec la gestion des ressources humaines en particulier. « Les appels de détenteurs de Prix Nobel, d’intellectuels, mais aussi de travailleurs ou de professionnels de la gestion se multiplient, indique-t-il. Ils nous invitent à penser le travail et l’entreprise autrement, en dénonçant la gestion uniquement par la mesure. Si gérer, c’est uniquement mesurer, alors la gestion est morte! D’autre part, on observe sur les lieux de travail une plus grande souffrance, que ce soit au travers du stress, des charges et rythmes de travail, du manque de temps pour bien faire son job, des troubles musculo-squelettiques, des formes de harcèlement, de cas de fatigue professionnelle, de suicides au travail, des pressions, d'injonctions paradoxales, du sentiment d’isolement et de perte de sens, etc. Les attentes des travailleurs par rapport au travail et la place de la valeur 'travail' changent. Des mouvements alternatifs se développent: l’autogestion, le management participatif, la démocratie d’entreprise, l’entreprise libérée,… Il y a un engouement médiatique et des travailleurs, alors que les cas d’application restent en réalité fort peu nombreux. Enfin, la recherche scientifique fait émerger de nouveaux concepts, comme la 'dé-humanisation'. Le travail est devenu 'invisible'. Les travailleurs se sentent considérés comme des chiffres sur des tableaux de reporting, comme de simples facteurs de production. Autant de constats qui montrent que nos modèles s’épuisent et épuisent... »

Autre problème: les modèles de GRH utilisés actuellement sont issus des années 50 à 80, conçus dans un monde très différent de celui que nous connaissons aujourd’hui. Ce qui a changé? Les DRH présents dans les murs de SPIE Belgium qui accueillait avec beaucoup de convivialité cette réunion de l’ADP BruBra ont listé un certain nombre de mutations, ensuite synthétisées par Laurent Taskin: globalisation, choc démographique, affaiblissement des institutions de régulation du travail, individualisation de la relation d’emploi, flexibilisation de l’emploi et du travail avec atténuation des frontières organisationnelles, société de la connaissance, intensification du travail, nouvelles attentes des générations, digitalisation et immédiateté… « Le management des ressources humaines tel qu’enseigné et pratiqué ne correspond plus aux besoins d’un tel monde, souligne-t-il. De plus, cette gestion n’est pas neutre: comme l’a montré une analyse des manuels de GRH les plus diffusés menée par des philosophes, elle véhicule une conception de l’humain particulière, celle d'une ressource, d'une variable économique qu’on va exploiter de la manière la plus efficace pour produire une valeur économique maximale. »

Une autre vision 

Laurent Taskin et Anne Dietrich ont dès lors décidé de proposer une autre vision de l’humain. Leur proposition est celle du Management humain. Les deux professeurs appellent à faire du management un véritable projet politique et invitent à remettre le travail au cœur de la GRH, plaidant pour une autre vision de l’Homme au travail, celle d’un être réflexif, et du manager, considéré comme bienveillant car soucieux des autres et de leur travail. « Ce qui fait la nature de l’être humain, c’est sa capacité à offrir de la reconnaissance et son attente de recevoir de la reconnaissance, pointe Laurent Taskin. La vraie question n’est plus celle de la motivation, mais celle de la reconnaissance et du sens au travail. »

L’enjeu pour les DRH est clair: remettre le travail au cœur de la GRH. « Le ‘core business’ de la fonction RH, c’est le travail - le travail vivant, réel, incarné… le travail objectif, mais aussi collectif et subjectif - et c’est de promouvoir une conception particulière de l’Homme au travail. Il s’agit également d’affirmer les finalités plurielles de la GRH: non plus créer une valeur maximale pour une partie prenante - à savoir l’actionnaire -, mais créer le plus de valeur possible pour un maximum de parties prenantes. En ce sens, le Management humain réaffirme et légitime le champ de la GRH comme une expertise spécifique, comme une discipline à part entière, comme des modèles spécifiques adaptés aux réalités de 2016, comme des pratiques au service de la reconnaissance de l’expertise et de la gestion du travail, et comme un métier à part entière. »

Pour aller plus loin: Laurent Taskin & Anne Dietrich, Management humain - Pour une approche renouvelée de la gestion des ressources humaines et du comportement organisationnel, Éditions De Boeck, Louvain-la-Neuve, 2016, ISBN 978-2-8041-7475-0, 256 pages, 30 euros.

Laurent Taskin était l'invité de l'ADP BruBra, l’Association des Professionnels en Ressources Humaines de Bruxelles et des deux provinces de Brabant. Pour plus d’informations sur l’ADP BruBra et/ou sur les prochains événements: visitez www.adp-brubra.be, contactez Eva Tomanek (adpvdp.brubra@gmail.com) ou via la rubrique agenda de HR Square. 

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages