< Retour au sommaire

L’absentéisme continue d’augmenter, mais moins rapidement

L'année dernière, près de 63% des travailleurs belges ont été absents au moins un jour pour cause de maladie. Sur cent jours de travail, l’employé belge reste donc chez lui en moyenne 5,52 jours pour cause de maladie.

Ces constats ressortent des chiffres de SD Worx qui concernant plus de 620.000 travailleurs employés dans près de 18.000 entreprises belges du secteur privé. Le pourcentage total d’absentéisme (à savoir le rapport entre le nombre moyen de jours de maladie et le nombre de jours prestés) a enregistré une augmentation de 0,12% en 2016 pour atteindre les 5,52% en 2016. L’absentéisme de courte durée (moins d’un mois de maladie ininterrompu) progresse de 2,59% en 2015 à 2,64% en 2016. L’absentéisme de longue durée (d’un mois à un an de maladie ininterrompu) passe de 2,81% à 2,88%.

Une amélioration en vue?

En 2016, l’absentéisme a encore atteint un chiffre record et demeure l’un des principaux défis sur le marché du travail. Néanmoins, il est question d’un léger optimisme pour l’avenir, en raison du ralentissement de l'augmentation après une forte croissance depuis 2013. Les entreprises et les pouvoirs publics prennent par ailleurs des initiatives pour inverser cette tendance négative.

Comme escompté, l’absentéisme global augmente en fonction de l’âge du travailleur. Chez les travailleurs les plus jeunes (moins de 30 ans), l’absentéisme total se situe à 3,98%. Dans la catégorie des 30-50 ans, il est de 5,32%, pour 7,02% aux 50+. À noter, l'augmentation de l'absentéisme global est la plus faible chez les 50+: de 7,01% en 2015 à 7,02% en 2016. Chez les employés de moins de 30 ans, l’absentéisme global augmente de 3,88% en 2015 à 3,98% en 2016. Chez les employés de 30 à 50 ans, l’absentéisme augmente de 5,18% à 5,32%.

L’âge n’a par contre aucun effet direct sur l’absentéisme de courte durée. Dans ce cadre, on note que ce sont surtout les trentenaires qui s’absentent pour de courtes durées (2,75%). Cette situation est probablement imputable aux multiples activités des personnes de cette tranche d'âge, qui complique l'instauration d'un bon équilibre entre le travail, la famille et les loisirs. Il arrive peut-être plus souvent aux trentenaires de voir cet équilibre perturbé et d'être absents pour quelques jours.

Le pourcentage global d’absentéisme augmente fortement au cours des quatre premières années d’ancienneté. Chez les travailleurs ayant moins d’un an d’ancienneté, l’absentéisme global est de 3,2%, il augmente ensuite à 4,76% chez les travailleurs ayant de 1 à 2 ans d’ancienneté et passe à 5,80% chez les travailleurs ayant de 3 à 4 ans d’ancienneté, excédant ainsi l’absentéisme moyen (5,52%). On remarque en revanche que l'absentéisme de courte durée diminue à nouveau après cinq ans d'ancienneté.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages