< Retour au sommaire

La suppression du jour ne carence n’encourage pas l’absentéisme

Le jour de carence a été supprimé dans le cadre des mesures d’harmonisation des statuts ouvrier/employé. Les craintes que cette suppression ne se traduise par une augmentation de l’absentéisme de courte durée ne se sont pas vérifiées. Mais les répercussions financières sont bien réelles.

Depuis le 1er janvier, les ouvriers absents durant moins de 14 jours perçoivent désormais aussi un salaire garanti dès le premier jour de maladie. On craignait dès lors que la suppression du jour de carence se traduise dans les faits par une augmentation de l’absentéisme de courte durée chez les travailleurs. Une étude menée par Securex sur un échantillon représentatif de 22.952 employeurs et 202.476 travailleurs du secteur privé révèle que ce cas de figure reste actuellement limité.

En 2013, les entreprises n’étaient pas tenues de rembourser le premier jour d’absence pour maladie (d’une durée inférieure à 14 jours) aux ouvriers et employés à l’essai. Contre toute attente, les entreprises qui appliquaient le jour de carence étaient confrontées à 18% d’absences en plus pour maladie de leurs ouvriers, par rapport aux entreprises qui ne l’appliquaient pas. Le jour de carence (le non-paiement de ce premier jour) ne réduisait donc pas le nombre d’absences de courte durée. Au contraire! À moins qu’il ne soit imposé par le secteur, les entreprises qui n’appliquaient déjà plus le jour de carence en 2013 l’ont potentiellement supprimé parce qu’elles ne croyaient pas en de telles mesures symptomatiques pour lutter contre l’absentéisme, mais bien en des mesures curatives et préventives.

Effet sur l'absentéisme 

Toutefois, le jour de carence, et donc sa suppression, ont-ils un effet sur l’absentéisme? Manifestement oui, mais il est limité. Securex constate un impact limité, mais néanmoins significatif, sur les absences de courte durée. La tendance générale du nombre d’absences de courte durée au cours du premier semestre 2014 se caractérise par une diminution.Cependant, cette baisse est bien moins marquée dans les entreprises qui sont passées du non-paiement au paiement du premier jour de maladie que dans celles qui payaient déjà le premier jour de maladie en 2013. Les ouvriers des entreprises contraintes de supprimer le jour de carence en raison du statut unique se portent dès lors un peu plus facilement malades qu’avant la suppression, un effet que nous constatons tant pour le premier que pour le deuxième trimestre de 2014.

La diminution de 16 % des absences de courte durée entre le premier trimestre de 2013 et la même période en 2014 semble liée au fait que nous avons connu, au début de cette année, l’épidémie de grippe la plus courte de ces 10 dernières années: ce n’est donc pas la suppression du jour de carence, mais une saison grippale particulièrement clémente qui semble expliquer la baisse de l’absentéisme des travailleurs belges au début de cette année.

Impact financier 

Si la suppression du jour de carence n’a pas entraîné la hausse redoutée du taux d’absentéisme parmi les travailleurs, l’impact financier pour l’employeur belge a, quant à lui, considérablement augmenté. Si toutes les entreprises avaient payé le premier jour d’absence en 2013, tous les employeurs auraient eu à supporter ensemble un coût dû à l’absentéisme de 1,18 milliard d’euros pour les ouvriers et de 1,88 milliard d’euros pour les employés (contre 1,16 et 1,87 milliard d’euros), soit une augmentation de respectivement 1,8% et 0,4%. Toutefois, seuls 20% des ouvriers et 2% des employés peuvent prétendre à un jour de salaire garanti supplémentaire. C’est donc pour ce groupe restreint que l’augmentation du coût de l’absentéisme s’exprime de la manière la plus sensible, même sans que le nombre d’absences augmente: à hauteur de 18%.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages