< Retour au sommaire

La majorité des organisations n’ont pas de plan d'action risques psychosociaux

Le burn-out, la dépression ou les troubles anxieux sont répandus dans le monde du travail et mettent les organisations sous pression. La plupart des employeurs reconnaissent le problème, mais un sur trois seulement dispose d'un plan de prévention des risques psychosociaux. Une minorité offre des formations spécifiques pour les supérieurs hiérarchiques.

Ces constats ressortent d’une étude récente menée par Mensura auprès de 508 chefs d'entreprise et responsables RH. Parmi les organisations qui connaissent les causes de l'absentéisme, sept sur dix désignent les problèmes mentaux comme une des causes. C'est particulièrement le cas pour les entreprises de plus de 20 travailleurs (81%) et presque toujours le cas pour celles qui emploient plus de 100 salariés (98%).

Interrogés sur la nature des problèmes psychosociaux, les employeurs désignent le burn-out et le stress comme les principales causes d'absentéisme (80%). Viennent ensuite les problèmes d'ordre privé, comme le divorce ou le deuil (70%) et la dépression (59%). Un petit 25 % cite également les conflits, le harcèlement ou les addictions.

L’étude montre encore que seule une organisation sur trois a actuellement un plan de prévention en matière de problèmes mentaux. Parmi les PME, un peu plus de 80% disposent d’un plan de ce type. On peut donc parler d'une lacune dans l'approche qu’ont les entreprises de l'absentéisme, observent les auteurs. Ce sont les grandes entreprises qui se dotent le plus souvent d'un plan de prévention psychosociale. A partir de 100 travailleurs, plus de la moitié en ont un (53%). Dès que les organisations occupent plus de 500 salariés, ce chiffre passe à 78%.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages