< Retour au sommaire

La croissance de l’emploi restera limitée au troisième trimestre

A peine 4% des 750 employeurs belges interrogés par ManpowerGroup prévoient de créer de nouveaux emplois d’ici la fin septembre, pour 91% qui ne prévoient aucun changement dans leurs effectifs. Les employeurs semblent en outre peu enclins à convertir les contrats intérimaires en postes fixes.

La Prévision Nette d’Emploi, à savoir le score obtenu en déduisant du pourcentage des employeurs anticipant une hausse de l'emploi total, le pourcentage des employeurs prévoyant une baisse de l'emploi dans leur entreprise pour le trimestre suivant, affiche à nouveau la valeur prudente de +2 et se situe au même niveau pour le 3e trimestre consécutif. C’est néanmoins une amélioration de 3 points par rapport au troisième trimestre 2014. Comme lors des cinq trimestres précédents, les employeurs bruxellois rapportent les intentions de recrutement les plus optimistes (+4), devant leurs homologues de Flandre (+2) et de Wallonie (+2). Les intentions de recrutement sont positives mais modestes dans six des 10 secteurs sondés. Les employeurs des secteurs de l’Industrie manufacturière et des Services publics, de l’éducation, de la santé et des services collectifs rapportent prévisions les plus favorables (tous deux à +5).

« Contrairement à d’autres indicateurs, les résultats de notre enquête n’indiquent pas encore un véritable retour à l’optimisme dans le chef des employeurs, commente Philippe Lacroix, Managing Director de ManpowerGroup BeLux. Comme lors des deux trimestre précédents, la Prévision Nette d’Emploi reste bloquée à un niveau toujours modeste (+2). L’embellie observée depuis quelques mois dans le secteur de l’intérim ne semble pas encore se traduire par la création de contrats à durée indéterminée. Les employeurs de la majorité des secteurs sondés restent hésitants et attendent sans doute toujours une reprise plus soutenue avant d’accélérer le rythme des embauches et convertir les contrats d’intérim en contrats fixes. La suppression de la période d’essai mise en place dans le cadre du nouveau statut ouvrier/employé semble également renforcer l’attentisme des employeurs dans leurs décisions d’embaucher. »

Léger ralentissement au niveau mondial

Près de 59.000 employeurs ont été interrogés dans 42 pays et territoires afin de mesurer leurs intentions de recrutement pour le 3e trimestre 2015. A l’échelle mondiale, les intentions de recrutement sont positives dans 40 des 42 pays et territoires sondés. Les résultats suggèrent cependant que cette tendance prendra des proportions inégales selon les pays et les secteurs d’activité, et que le rythme général des embauches sera légèrement en retrait par rapport au trimestre précédent et par rapport au 3e trimestre 2014. D’un trimestre sur l'autre, la prévision nette d’emploi progresse dans 11 pays et territoires, mais décline dans 22 autres, En comparaison annuelle, ce résultat est en progrès dans 15 pays et territoires, mais en retrait dans 23 autres.

Les pays affichant l’optimisme le plus élevé pour le 3e trimestre 2015 sont Taiwan (+42, en tête de tous les pays sondés pour le deuxième trimestre consécutif), l’Inde (+37, un niveau toujours très favorable bien qu’en recul pour le quatrième consécutif), le Japon (+23), Hong Kong (+16) et les Etats-Unis (+16). A l’heure où l’économie chinoise se réoriente vers le tertiaire, le marché de l’emploi semble connaître un regain de dynamisme (+13, contre +8 lors du trimestre précédent). A l’inverse, au Brésil (-3), la Prévision Nette d’Emploi recule pour le 15e trimestre consécutif et le pessimisme des employeurs atteint un niveau record depuis que ce pays a été intégré au Baromètre, au 4e trimestre 2009. Comme lors du trimestre précédent, l’Italie (-4) occupe la lanterne rouge des 42 pays et territoires sondés présentant à nouveau également une prévision négative.

Dans 23 des 24 pays de la région Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA), les perspectives d’emploi pour le 3e trimestre sont favorables. D’un trimestre sur l’autre, elles s’améliorent dans sept pays et se détériorent dans dix autres. La tendance est similaire d’une année sur l’autre, la Prévision Nette d’Emploi étant en hausse dans 11 pays et en baisse dans 10 pays de la région. C'est une fois de plus en Turquie (+14) que l’activité de recrutement devrait être la plus forte. Israël (+12), la Slovaquie (+12), la Finlande (+11) et la Bulgarie (+10) viennent compléter le peloton de tête. Bien qu'ayant été interrogés dans le climat d'incertitude entourant la tenue des élections générales, les employeurs du Royaume-Uni (+6) estiment que les embauches continueront à progresser à un rythme modéré durant le 3e trimestre 2015. Le rythme des embauches devrait également se maintenir en Allemagne (+5). Les perspectives d’emploi s’améliorent quelque peu en France (+4) alors qu’elles restent légèrement positives en Belgique, aux Pays Bas, en Suède et en Suisse (les quatre pays à +2), de même qu’en Espagne et en Autriche (tous deux à +1). Comme lors du trimestre précédent, l’Italie (-4) occupe la lanterne rouge des 42 pays et territoires sondés présentant à nouveau également une prévision négative.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages