< Retour au sommaire

« La conscience relationnelle reste trop faible en entreprise »

C’est Esther Perel, psychothérapeute et spécialiste de l’intelligence relationnelle, qui le dit. Longtemps considérée comme un soft skill, notre capacité à nous connecter aux autres, à bâtir la confiance, à gérer le conflit et à communiquer efficacement est devenue plus décisive que jamais. Mais notre intelligence relationnelle doit s’apprécier au-delà de la frontière artificielle entre travail et vie privée, souligne-elle.

Psychothérapeute expérimentée, Esther Perel travaille depuis plus de 35 ans avec des individus, des couples et des familles sur leur dynamique relationnelle. Belge d’origine (elle a grandi à Anvers), elle est devenue une véritable star aux Etats-Unis, après avoir installé son cabinet à New York. Ses deux TED Talks ont été visionnés plus de 25 millions de fois, tandis que ses livres (The State Of Affairs : Rethinking Infidelity et Mating In Captivity: Unlocking Erotic Intelligence) sont devenus des bestsellers traduits dans 25 langues (L’intelligence érotique et Je t’aime, je te trompe en versions françaises). Son podcast Where Should We Begin? (Par où devrait-on commencer?) a déjà réuni plus de 15 millions d’auditeurs dans 140 pays: il nous propose une immersion dans son cabinet au cours de laquelle un couple anonyme décrit les embûches du quotidien.

Depuis quelques années, Esther Perel conseille également de nombreuses entreprises, certaines appartenant au classement Fortune 500. Et elle intervient régulièrement lors de conférences destinées au monde des affaires. C’était notamment le cas à l’occasion du grand salon Unleash qui s’est tenu les 23 et 24 octobre dernier à Amsterdam. Il lui a été demandé d’éclairer le futur du travail. « Pendant longtemps, l’attention s’est portée en entreprise sur la productivité, l’efficacité, les processus, etc., confiait-elle. Tout ce qui avait trait au relationnel tombait sous l’étiquette de soft skills en associant ceux-ci à des aptitudes plutôt… féminines. Leur particularité était d’être idéalisés dans leur principe, et ignorés dans la réalité. Mais, aujourd’hui, ces soft skills sont en train de devenir le principal levier de résultats pour les organisations. »

C’est pourquoi, selon elle, la thématique du relationnel sort du cabinet des thérapeutes et voit ces derniers être appelés en entreprise afin d’aider les gens à se connecter les uns aux autres, à gérer leurs désaccords, à faire face aux trahisons et autres ruptures de la confiance… Pour Esther Perel, il ne fait aucun doute que l’intelligence relationnelle soit devenue un des principaux déterminants du succès dans le business. Et pour pouvoir la développer, nous dit-elle, il faut prendre en compte deux révolutions majeures : la première prend place dans la sphère privée, la seconde sur le lieu de travail. Mais l’une et l’autre interagissent et provoquent des changements d’envergure.

Lisez l'intégralité de l'article dans HR Square, édition n°28 des mois de mai et juin 2019. Demandez un numéro d’essai gratuit à Nathalie Dierickx ou prenez contact par téléphone au 0474/97.07.43. Pour devenir membre du réseau HR Square et ne manquer aucune de nos éditions, contactez également Nathalie. L’adhésion à HR Square vous permet de bénéficier de l’accès à la totalité du contenu en ligne et à bien d'autres avantages.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages