< Retour au sommaire

La Belgique réduit son ratio « recettes fiscales/PIB »

Le ratio « recettes fiscales/PIB » varie sensiblement d’un État membre à l’autre, montre un récent rapport statistique publié par Eurostat. La part la plus importante d’impôts et de cotisations sociales en pourcentage du PIB en 2014 a été observée au Danemark (50,8%), suivi de la Belgique et de la France (47,9% chacune). Ce ratio est toutefois en baisse en Belgique, à l’inverse du Danemark.

Le ratio global recettes fiscales/PIB, autrement dit la somme des impôts et des cotisations sociales nettes en pourcentage du PIB, s'est élevé à 40% dans l’Union européenne (UE) en 2014, contre 39,9% en 2013. Dans la zone euro, les recettes fiscales représentaient 41,5% du PIB en 2014, contre 41,2% en 2013. Dans les deux zones, ce ratio a constamment augmenté depuis son niveau plancher de 2010.

Par rapport à 2013, le ratio des recettes fiscales rapportées au PIB a augmenté en 2014 dans la majorité des États membres, la hausse la plus marquée ayant été observée au Danemark (où il est passé de 48,1% en 2013 à 50,8% en 2014), devant Chypre (de 31,6% à 34,2%) et Malte (de 33,6% à 35,0%). En revanche, ce ratio a enregistré une baisse dans huit États membres, notamment en République tchèque (où il est passé de 34,8% en 2013 à 34,1% en 2014) ainsi qu'au Royaume-Uni (de 34,9% à 34,4%), mais aussi en Belgique (de de 48,2% en 2013 à 47,9% en 2014).

Catégories fiscales

Si l’on examine les principales catégories fiscales, une nette diversité existe entre les États membres de l’UE. La catégorie la plus importante était constituée par l’impôt sur la production et sur les importations dans treize États membres, par les cotisations sociales nettes dans neuf États membres et par l’impôt sur le revenu et sur le patrimoine dans six États membres.

En 2014, la part des impôts sur la production et sur les importations était la plus élevée en Suède (où ils représentaient 22,1% du PIB), en Croatie (18,8%) et en Hongrie (18,6%), tandis qu’elle était la plus faible en Slovaquie (10,8%) et en Allemagne (10,9%).

En ce qui concerne les impôts sur le revenu et le patrimoine, la part de loin la plus élevée a été enregistrée au Danemark (33,4% du PIB), devant la Suède (17,9%), la Belgique (16,8%) et la Finlande (16,5%). À l’inverse, la Lituanie (5,1%) et la Bulgarie (5,3%) ont enregistré les impôts sur le revenu et le patrimoine les plus faibles en pourcentage du PIB. Les cotisations sociales nettes représentaient une proportion significative du PIB en France (19,2%), en Belgique (16,9%) et en Allemagne (16,5%), tandis que les taux les plus bas ont été observés au Danemark (1,1% du PIB), en Suède (3,7%) et en Irlande (5,8%).

En 2014, les impôts sur la production et sur les importations représentaient la plus grande partie des recettes fiscales dans l’UE (comptant pour 13,6% du PIB), suivis de près par les cotisations sociales nettes (13,4%) et les impôts sur le revenu et le patrimoine (12,8%). L’ordre d’importance des catégories fiscales était légèrement différent dans la zone euro. La plus grande partie des recettes fiscales y provenait des cotisations sociales nettes (15,5%), devant les impôts sur la production et sur les importations (13,3%) et les impôts sur le revenu et le patrimoine (12,5%).

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages