< Retour au sommaire

La Belgique, 57e au classement mondial du travail flexible

Notre pays se situe à peine à la 21e place sur 30 au niveau européen, d’après l’index du travail flexible publié par Manpower. Le coût du travail (73e place sur 75) influence très négativement l’attractivité de notre marché du travail.

L’Index du Travail Flexible (CWI - Contingent Workforce Index) analyse et compare les conditions d’embauche et de rétention de travailleurs flexibles dans 75 pays à travers le monde. Plus de 50 facteurs clés du marché du travail ont été passés au peigne fin selon quatre catégories: la disponibilité de la main d’œuvre, le coût du travail flexible, le cadre juridique et la productivité. Les données sont issues de rapports et de statistiques publiés par la Banque mondiale, l’OCDE, le Forum économique mondial, Eurostat ou d’autres organismes internationaux. Les experts de ManpowerGroup ont développé un modèle de calcul permettant de traiter les données en attribuant au final un score à chaque pays. Le pays obtenant le score le plus élevé est le plus attractif en ce qui concerne l’engagement de personnel flexible.

Comme l’an dernier, c’est Hong Kong qui arrive en tête du classement, devançant de peu les Etats-Unis et la Chine. Dans le top 10 figurent ensuite la Nouvelle Zélande, Singapour, l’Inde, le Canada et les Emirats Arabes Unis, la Malaisie et le Royaume Uni. La Belgique arrive en 57e position, perdant 4 places par rapport à 2013. En Europe, notre pays figure en 21e position sur les 30 pays étudiés et progresse de 4 places dans le classement par rapport à l’an dernier.

La Belgique figure derrière l’Irlande (19e), la Pologne (20e), la Turquie (22e), la République tchèque (34e), les Pays Bas (35e), la Suisse (39e), la Serbie (53e), la Roumanie (54e) ou la Slovénie (56e). Mais notre pays devance le Portugal (59e), la Suède (63e), l’Espagne (64e), l’Allemagne (65e), l’Italie (70e), la France (72e) et le Grand Duché du Luxembourg (73e). La Bolivie (74e) et le Venezuela sont les pays les moins attractifs au niveau de la flexibilité de la main d’œuvre.

« L’étude confirme l’impact négatif du coût du travail sur l’attractivité de notre pays, mais souligne également la productivité de notre main d’œuvre, analyse Philippe Lacroix, Managing Director de ManpowerGroup BeLux. Contrairement à certaines idées reçues, notre législation du travail offre, en comparaison avec d’autres pays, une bonne flexibilité aux entreprises. Autre éclairage intéressant: le rapport met également en évidence les stratégies qui permettent de renforcer l’attractivité des marchés du travail sur le long terme. A cet égard, un bémol important pour la Belgique: le déséquilibre entre l’offre et la demande de compétences qui devrait encore évoluer négativement à l’avenir en raison du vieillissement de la population. »

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages