< Retour au sommaire

Huit managers belges sur dix cherchent activement un nouvel emploi

Pas moins de 98% des managers européens se disent ouverts à de nouvelles opportunités de carrière, à en croire l’étude menée par le cabinet d’Executive Search Robertson Associates. Chez nous, huit managers sur dix se déclarent même en recherche active, la plupart d’entre eux étant prêts à changer dans l’année.

Bien que les managers femmes soient légèrement moins en recherche active que les hommes (71% vs 83%), la tendance reste la même. Si les Belges sont dans la moyenne européenne, les Français et les Italiens semblent être les plus enclins à accepter un nouveau job (91% and 94%), les Allemands et les Suisses arrivant en fin de peloton (avec tout de même 71% and 70%). La santé de l’économie locale peut probablement expliquer ce phénomène.

L’ennui comme principale motivation

Ce très fort intérêt pour un changement de poste vient de deux motivations principales: en Belgique, 37% des interrogés déclarent avoir « besoin de changer » de manière générale, 23% ne pas être satisfaits de leur entreprise ou de leur travail, et 20% manquer de possibilités d’évolution dans leur entreprise actuelle. Notons également que le salaire est la dernière des raisons évoquées pour quitter son emploi (15%).

Opportunité pour les entreprises

Voir un manager partir est toujours une situation critique pour une organisation. Cependant, l’étude révèle aussi des opportunités intéressantes pour les employeurs qui doivent recruter de nouveaux managers ou remplacer ceux qui partent. Après tout, quand on quitte une entreprise, on en rejoint forcément une autre. Et l’étude nous montre d’autres pistes: on apprend notamment que seul 9% des managers en Europe s’attend à travailler dans le même secteur, la mobilité s’opérant aussi entre secteurs économiques. Par ailleurs, la mobilité internationale permet aux entreprises de bénéficier d’un plus grand « pool » de candidats. A cet égard, on notera que les Italiens et les Français sont aussi les plus enclins à s’expatrier pour trouver leur prochain emploi, les Suisses et les Sllemands étant là encore moins intéressés à sortir de leurs frontières.

Qu’une entreprise ait un besoin de recruter ou de fidéliser, elle devra garder en tête les principales attentes des managers d’aujourd’hui si elle veut rester attractive, à savoir dans le BeLux: une fonction offrant un défi (88%), une adéquation forte avec la culture de l’entreprise (48%) et une évolution de poste ou de salaire (37%).

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages