< Retour au sommaire

Habitudes de travail: la présence au bureau domine encore

Mais la notion de ‘bureau’ se détache progressivement de celle du ‘lieu de travail’ et les frontières s’estompent entre vie professionnelle et vie privée, confirme l’étude Dell Evolving Workforce. Celle-ci met en exergue six grandes tendances auxquels les professionnels RH doivent prêter attention pour attirer, fidéliser, soutenir et motiver les meilleurs talents.

Dell et Intel viennent de publier les conclusions de la seconde édition de leur étude mondiale Evolving Workforce visant à identifier et à analyser la façon dont les méthodes et les conditions de travail évoluent au gré de l’adoption des nouvelles technologies. Près de 4.764 salariés d’entreprises de toutes tailles ont été interrogés dans 12 pays (Etats-Unis, Royaume-Uni, France, Allemagne, Japon, Brésil, Chine, Inde, Russie, Turquie, Emirats Arabes Unis et Afrique du Sud). Leurs réponses ont révélé un certain nombre de points clés que les dirigeants d’entreprise, DSI et DRH devront prendre en considération à l’avenir, au moment du recrutement, de l’accompagnement et de la fidélisation de leurs collaborateurs.

Aucun terminal ne répond à tous les besoins

Quel que soit leur lieu de travail, les salariés utilisent plusieurs terminaux. Plus de la moitié de ceux qui travaillent sur un PC de bureau utilisent aussi un autre terminal, et ceux qui utilisent une tablette ou un ordinateur portable 2-en-1 pour travailler le font en complément d’autres terminaux. Mais les chiffres de l’adoption des tablettes et des ordinateurs portables 2-en-1 sont en progression, particulièrement par les dirigeants et dans les pays émergents. Les salariés attendent en priorité d’un terminal utilisé au travail qu’il soit performant, atout numéro 1 ou 2 citée par 81% des sondés.

La présence au bureau domine

Même si les salariés travaillent dans différents lieux, le bureau reste prédominent à leurs yeux. 97% des salariés travaillent au moins un minimum de temps au bureau. En moyenne, les employés des pays développés passent plus de temps au bureau que ceux des pays émergents, 32 heures par semaine pour les premiers contre 26 heures dans les pays émergents. Globalement, 35% des salariés disent travailler en moyenne 2 heures par semaine dans des lieux publics. Ils travaillent en extérieur 4 heures par semaine (chez un client par exemple) et chez eux 5 heures par semaine en moyenne, à rajouter aux 29 heures par semaine passées au bureau.

Télétravail ou bureau, où est-on le plus productif?

Les avis sur le travail à domicile évoluent avec 52% des sondés qui pensent que ceux qui travaillent chez eux sont aussi productifs sinon plus productifs qu’au bureau. Mais ce n’est pas le cas partout, avec 4 salariés sur 10 en Chine, en Inde, en Turquie et aux Emirats Arabes Unis qui pensent que les télétravailleurs sont moins productifs, et 29% des sondés dans les pays développés ne savent pas quoi en penser. De toutes les personnes interrogées qui travaillent à domicile, 50% pensent être plus productives chez elles qu’au bureau. Sur les 50% restantes, 36% pensent être aussi productives dans les deux cas et 14% seulement estiment être moins productives lorsqu’elles travaillent depuis chez elles.

Les clés de l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée  

Les innovations technologiques font que les salariés ont plus de liberté pour choisir leurs horaires et lieux où remplir leurs obligations professionnelles. A l’échelle internationale, 64% des salariés emportent au moins un peu de travail chez eux après leur journée au bureau. Dans les pays émergents, on attend de plus en plus des salariés qu’ils restent accessibles une fois rentrés chez eux et 83% des salariés interrogés dans ces pays confirment qu’ils vérifient leurs e-mails professionnels en dehors des horaires de travail, contre 42% des salariés des pays développés. "Les décideurs IT éprouvent des difficultés à gérer les terminaux sans cesse plus nombreux qui rentrent et sortent de l’entreprise et à maintenir leur sécurité. C’est le cas des smartphones notamment qui sont à l’origine du BYOD, explique Bob O’Donnell, fondateur et chef analyste TECHnalysis Research. Ces nouvelles pratiques obligent les entreprises à revoir leur gestion des terminaux et notamment de ceux qu’elles n’ont pas achetés ou auxquels le service IT n’a pas toujours accès. »

Le secret du bien-être au travail? Les Nouvelles Technologies 

Un salarié sur 4 accorde de l’importance à la technologie mise à sa disposition pour travailler et envisagerait de changer d’employeur si on lui proposait des technologies qui lui permettent d’être plus productif. Les salariés du secteur des médias et du divertissement sont les plus sensibles à la disponibilité des dernières technologies dans leur entreprise. Les salariés occupant des fonctions de management et les employés des pays émergents, en particulier, choisissent l’employeur qui propose les dernières technologies pour travailler.

L’avenir de la technologie est prometteur mais tout ne sera pas automatisé


Les employés sont plutôt optimistes quant à l’avenir de la technologie. Ils pensent que les prochaines avancées leur apporteront davantage de possibilités, sans pour autant modifier fondamentalement leurs méthodes de travail. A l’avenir, les salariés pensent que le clavier sera remplacé par la reconnaissance vocale (92%), que les tablettes remplaceront les ordinateurs portables (87%), que les ordinateurs vont tous intégrer la reconnaissance gestuelle (87%) et que l’utilisation du clavier et de la souris va disparaître (88%).

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages