< Retour au sommaire

Frustrations sur le front des packages salariaux

La pression continue sur les rémunérations amène les salariés à considérer que leurs efforts sont de moins en moins récompensés à leur juste valeur. C’est ce que montre le dernier baromètre Reward de PwC/ISW. Constat étonnant: les éléments de rémunération sont évalués de la même façon, toutes générations confondues.

Le Baromètre se fonde sur une enquête portant sur 882 personnes, sondées en ligne anonymement. Il révèle que la moitié de tous les salariés sondés estime que leurs efforts au travail ne sont pas récompensés de manière appropriée. À l’heure où le marché des talents est de plus en plus concurrentiel en Belgique, les conclusions du Baromètre Reward offrent matière à réflexion aux directions générales et aux professionnels RH.

Améliorer la com' 

« Si l’impact des éléments financiers du salaire sur la motivation s’est accru, la satisfaction diminue, analyse Bart Van den Bussche, Senior Manager HR Services chez PwC. Le nombre de personnes qui estiment que la politique salariale n’est pas équitable à l’échelle de leur entreprise a également fortement augmenté. La pression continue sur les rémunérations amène les salariés à considérer que leurs efforts sont de moins en moins récompensés à leur juste valeur. Compte tenu de la réduction des possibilités d’avancement au sein de leur propre entreprise, en raison de la situation économique difficile, ils pourraient envisager ainsi de changer d’employeur pour favoriser leur progression professionnelle. »

Les conclusions du Baromètre peuvent aider les employeurs à retenir et à motiver les talents. En identifiant les problèmes à résoudre et les leviers disponibles pour rééquilibrer le paquet salarial total proposé. « La rémunération financière est importante, mais le principal moteur de l’engagement au travail est la satisfaction que retire le salarié de son emploi, souligne Inge Van den Brande, Senior Project & Account Manager chez ISW Limits. Il doit favoriser un développement personnel mais aussi comprendre des tâches variées et pertinentes. Les employeurs doivent également améliorer leur communication. Aider les salariés à comprendre la valeur globale de leur paquet salarial peut contribuer sensiblement à corriger les perceptions en la matière. »

Gap générationnel ou chevauchement générationnel?

Le Baromètre Reward 2014 a examiné les attitudes à travers trois générations différentes: les moins de 35 ans (les « Millennials »); les 35 à 50 ans qui sont à la moitié de leur carrière (« Generation X ») et les plus de 50 ans (« Baby Boomers »). De manière surprenante, les similitudes entre les générations sont plus significatives que les différences. Les rémunérations les plus appréciées se retrouvent dans les trois groupes d’âge. Ainsi, les trois générations accordent la plus haute importance aux pensions et à la couverture médicale, contrairement à l’idée répandue que les jeunes salariés ne sont pas motivés par des avantages à long terme. Qui plus est, tous valorisent fortement le développement personnel, la variété de leur travail et la signification de leur emploi. Tous sont relativement satisfaits de leur trajet domicile-travail quotidien, les voitures de société restant une composante appréciée de tout paquet salarial.

Lorsque des différences apparaissent, elles ont trait à l’engagement à l’égard de l’entreprise, plus spécifiquement en termes de loyauté, qui s’accroît avec l’âge. Sur le plan de l’engagement à l’égard de l’entreprise et de l’emploi, l’écart générationnel est manifeste entre la « Generation X » et les « Baby Boomers ». La proportion des « Baby Boomers », dont le score est important pour l’engagement à l’égard de l’entreprise et de l’emploi, est près de 30% supérieure à celle des « Generations X & Y ».

« Les plus de 50 ans dans notre échantillon sont, en moyenne, plus satisfaits et enthousiastes à l’égard de leur emploi, se sentent plus impliqués et y puisent davantage d’énergie, indique Bart Van den Bussche. Nous observons également qu’ils se sentent plus en phase avec l’entreprise pour laquelle ils travaillent, sont plus satisfaits de leur entreprise en tant qu’employeur et sont plus loyaux. Une des explications possibles de ce résultat positif est « l’effet du travailleur en bonne santé » : les salariés moins en forme physiquement et mentalement ont déjà quitté le marché du travail. »

Ces dimensions générationnelles offrent des enseignements très utiles aux employeurs. Par exemple: les salariés les plus jeunes valorisent eux aussi les avantages à long terme. Les conclusions détaillées de l’enquête fournissent également des clés de compréhension de la perception des éléments non financiers de la rémunération. « Ne partez pas du principe qu’ils conviennent à tous de la même manière. Concevoir sur mesure certains éléments non financiers pour des groupes d’âge spécifiques peut faire une différence significative, commente-t-il. Ainsi, les jeunes accordent une plus grande importance aux possibilités de carrière et à un bon équilibre vie privée-vie professionnelle, alors que l’importance d’une bonne ambiance de travail et d’un nombre de congés suffisant s’accroît avec l’âge. En revanche, cette importance décroît avec l’âge s’agissant de la valeur des éléments financiers du paquet salarial. »

Conclusions clés du Baromètre Reward 2014

• La motivation des salariés ne se limite pas à l’argent: les éléments financiers mais aussi non financiers sont importants pour la motivation. Les salariés accordent la plus haute importance à ce que leur emploi leur apporte en termes de développement personnel, de variété et de signification.
• Cependant, la persistance du marasme économique a un impact sur la perception des salariés à l’égard de leur rémunération. Les salariés sont de plus en plus nombreux à penser que leur paquet salarial ne reflète pas adéquatement leurs efforts et que leurs possibilités d’avancement au sein de leur entreprise sont réduites.
• 38% des salariés pensent que leur entreprise est incapable de retenir des travailleurs talentueux. Plus de la moitié estiment qu’ils pourraient gagner la même rémunération ou plus chez un autre employeur. Près d’un quart des répondants déclare envisager de changer d’employeur, contre 22% en 2013.
• La diminution de la rotation non voulue du personnel et la redynamisation des salariés démotivés peut réduire les coûts et offrir un avantage compétitif dans la recherche et la rétention des talents. Cependant, les employeurs ont beaucoup de travail à accomplir s’ils veulent retenir leurs salariés talentueux. Ils doivent les aider à mieux comprendre la valeur véritable des paquets salariaux.
• Les différences d’appréciation, entre les générations, relatives aux paquets salariaux sont étonnamment mineures. Les pensions et la couverture médicale se retrouvent en tête des éléments les plus valorisés, toutes générations confondues. Malgré une idée largement répandue, selon laquelle les jeunes salariés n’apprécient pas vraiment les avantages à long terme. Les voitures de société sont également importantes pour toutes les catégories d’âges et les services de blanchisserie nettement moins. La différence majeure se situe dans l’engagement: les « Baby Boomers » (plus de 50 ans) sont beaucoup plus enclins à manifester un engagement élevé à l’égard de leur emploi et de leur employeur par rapport aux salariés plus jeunes.
• Seuls 15 % des répondants se déclarent très satisfaits des efforts de leur employeur pour optimiser l’efficience fiscale de leur rémunération. Les employeurs pourraient faire davantage d’efforts pour communiquer la valeur véritable des paquets salariaux.


Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages