< Retour au sommaire

France: progression significative du fait religieux en entreprise

Le fait religieux au travail tend à se banaliser, du moins en France. C’est ce que montre l’étude que publient l’Observatoire du Fait Religieux en Entreprise et l’Institut Randstad. Pour la première fois en quatre ans, la part des managers rencontrant régulièrement le fait religieux au travail est majoritaire. Les cas conflictuels restent toutefois minoritaires et progressent peu.

Selon l’étude, près de deux tiers des salariés français interrogés (65% des 1.405 sondés exerçant pour la plupart (à 61%) des fonctions d’encadrement) ont observé en 2016 plusieurs manifestations du fait religieux alors qu’ils étaient 50% en 2015. « L’enquête 2016 témoigne d’une progression significative du fait religieux en entreprise, commente Laurent Morestain, secrétaire général du groupe Randstad France et président de l’Institut Randstad pour l’Egalité des chances et le Développement durable. Cette évolution, disons-le d’emblée, ne préjuge en rien de la nature des faits religieux rencontrés. Au contraire, les cas conflictuels évoluent peu et ils représentent toujours moins d’un fait religieux au travail sur dix. Les managers, de leur côté, sont plus nombreux à s’être saisis de demandes à caractère religieux (48% en 2016 contre 38% un an plus tôt). Des demandes qu’ils appréhendent au demeurant avec davantage de facilité. C’est le signe que le fait religieux au travail, dans la majorité des cas, appartient désormais au registre des demandes managériales classiques. »

Comment interpréter la progression importante, en 2016, de l’observation du fait religieux en entreprise? Elle témoigne, selon les auteurs de l’étude, d’un mouvement de banalisation du fait religieux au travail. « Plusieurs explications peuvent être avancées. Tout d’abord, les questions liées à la place des religions et des comportements religieux dans la société sont devenues sensibles ces dernières années. De ce fait les comportements et situations ayant une dimension religieuse directe ou indirecte sont davantage et plus rapidement repérés. Les modes de fonctionnement des entreprises, notamment dans les domaines de l’organisation du travail et de la gestion des ressources humaines, appellent les individus à une implication de plus en plus personnelle. Dans ce cadre, il est peu surprenant que les personnes considèrent comme légitime d’exprimer au travail les différents éléments qui les marquent et, notamment, leur religion. La banalisation que nous observons amène sans doute des personnes à moins hésiter à formuler des demandes (par exemple d’absence ou d’aménagement des plannings) en invoquant des motifs religieux (respecter un rite ou assister à une cérémonie par exemple). »

Cette année, le port visible de signes religieux devient le premier fait religieux observé, avec 21% des manifestations (contre 17 % en 2015 et 10% en 2014), les demandes d’absences reculant à la deuxième place mais restant stables avec 18% (contre 19% en 2015 et 16% en 2014). Les demandes d’aménagement du temps de travail sont également stables d’une année sur l’autre et correspondent à 14% des faits (contre 14% en 2015 et 13% en 2014). Les salariés savent désormais que l’entreprise privée n’est pas un lieu où la neutralité s’applique et entendent exprimer leurs convictions religieuses. « Les faits religieux les plus courants sont, par eux-mêmes, peu perturbateurs et renvoient à des comportements individuels tels qu’une demande d’absence. Combinés à d’autres faits, d’autres situations ou d’autres comportements, ils peuvent être problématiques, mais, par nature, ces faits ne sont rien d’autre que le résultat de l’interaction entre la vie privée et la vie professionnelle des personnes, etc. Les faits de la seconde catégorie, qui perturbent et/ou remettent en cause l’organisation du travail et/ou transgressent des règles légales, sont stables ou en baisse de quelques points par rapport à 2015. »

L’étude analyse également les réponses managériales aux demandes, revendications et problèmes ou conflits, ainsi que l’impact du fait religieux sur les relations au travail (place de la religion entre collègues, comportements admis et ceux proscrits…).

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages