< Retour au sommaire

Externalisation: les RH restent les plus exposés

La paie et les ressources humaines sont les deux postes les plus couramment externalisés car ils nécessitent un grand nombre d’opérations. C’est ce que met en évidence une étude publiée par Grant Thornton menée auprès de de 2.571 chefs d'entreprise exerçant au sein de 36 secteurs d'activités différents à travers 45 pays. Un sondé sur trois les externalisent actuellement ou prévoient de le faire dans un proche avenir.

A titre de comparaison, une plus faible proportion des entreprises interrogées (27%) externalisent ou prévoient d'externaliser leurs fonctions financières et comptables. Elles craignent généralement de confier le contrôle de leur reporting interne et du traitement de leurs données financières, a priori confidentielles, à des ressources externes.

L’Externalisation représente donc aujourd’hui un axe stratégique de la politique d’optimisation et d’amélioration des performances des entreprises. Deux dirigeants sur cinq ont recours à l’externalisation dans le monde afin de réduire leurs coûts, améliorer leur efficacité, mais aussi garantir la conformité du service rendu. L’étude révèle également que les facteurs de sélection d’un fournisseur tendent à évoluer. Outre les raisons « classiques » liées aux coûts et au niveau de service, les dirigeants prêtent aujourd’hui plus d’attention aux facteurs « immatériels » tels que la fiabilité, la relation de confiance établie et l’innovation dont pourra faire preuve le prestataire choisi.

La communication bilatérale est également l’une des composantes essentielles d’une externalisation réussie, les chefs d’entreprise souhaitant rencontrer plus régulièrement leurs sous-traitants. Les fournisseurs de services d’externalisation l’ont bien compris et tous investissent à présent dans ces « outils et domaines immatériels », afin de pérenniser leur relation client dans un contexte, nous le savons, de plus en plus concurrentiel. Ils doivent également être encore plus réactifs et pouvoir répondre en moins de 24h à n’importe quelle demande de leurs clients.

Enfin, le rapport met en évidence les motifs qui poussent les entreprises à « faire machine arrière » et à rapatrier leurs processus externalisés. La qualité de service représente le premier critère cité par les dirigeants interviewés, et pour ce qui concerne les autres, le process mis en place a toujours eu un caractère temporaire.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages