< Retour au sommaire

En décalant les horaires, vous pouvez améliorer la qualité de vie de vos collaborateurs

Le travail ne devrait pas commencer avant 10 heures (et l’école devrait même commencer un peu plus tard). C’est un expert du sommeil, Paul Kelley (Oxford), qui le dit. Non seulement le sommeil se révèle crucial pour notre mémoire, mais un déficit à ce niveau peut générer une grande variété de problèmes de santé.

Lorsqu'il était directeur du collège Monkseaton, en Angleterre, le Dr Kelley a pu vérifier ses hypothèses. Il faisait commencer les cours à 10h du matin, plutôt qu'à 8h30. Résultat: les notes des élèves ont augmenté de 19%. Ce scientifique contribue au projet Teensleep qui vise à impliquer une centaines d’écoles du Royaume-Uni dans une expérience consistant à décaler le début des cours plus tard dans la journée. Il recommande ainsi un début des cours à 8h30 pour les enfants âgés de 10 ans, à 10h pour les adolescents et à partir de 11h pour les étudiants de 18 ans.

De même, le début des horaires de travail devrait mieux correspondre à notre horloge biologique. D’après lui, jusqu’à l’âge de 55 ans, les rythmes circadiens des adultes sont complètement désynchronisés avec les horaires traditionnels 9h-17h, ce qui menace sérieusement notre performance, notre humeur et notre santé mentale.

« C’est un gros problème pour la société », indiquait le professeur à l’occasion d’une grande réunion scientifique à Bradford. « Les effectifs devraient commencer leur travail à 10h. Il ne faut en revenir à un journée de travail débutant à 9h qu’à partir de 55 ans. Les travailleurs manquent généralement de sommeil. Nous vivons dans une société en manque de sommeil. C'est extrêmement préjudiciable pour l'organisme. Vous affectez vos systèmes physiques et émotionnels. Votre foie et votre cœur vivent à un certain rythme et vous les privez des deux ou trois heures de repos dont ils ont besoin. »

Sources: The Guardian, The Telegraph, Science Alert, Slate

Lire aussi Faut-il se préoccuper du sommeil de ses travailleurs? paru dans HR Square n°4 (mai-juin 2005). Notre enquête répondait par l'affirmative: agir sur l’organisation du travail et sensibiliser aux conditions d’un sommeil de qualité sont de premières pistes, à compléter d’un travail sur les pratiques managériales: le fait de se sentir traité de façon « juste » a un impact sur la qualité du sommeil! Pour vous procurer cette édition, contactez Jens Ottoy ou prenez contact par téléphone au 02/515.07.60. Pour devenir membre du réseau HR Square et ne manquer aucune de nos éditions, contactez Nathalie Dierickx.  

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages