< Retour au sommaire

Emploi et situation sociale: une reprise encore fragile

La reprise économique amorcée au printemps 2013 demeure fragile et l'évolution de l'emploi reste incertaine. C’est ce qu’indiquer la dernière Revue trimestrielle sur l’emploi et la situation sociale publiée par la Commission européenne.

L’emploi a continué à croître dans la plupart des secteurs depuis le milieu de l’année 2013. Le nombre d’heures travaillées a augmenté et, pour la première fois depuis 2011, on a enregistré une légère progression des contrats à temps plein et une amélioration de la situation des jeunes. Cependant, bon nombre des nouveaux emplois sont des emplois à temps partiel ou temporaires. Le chômage demeure proche de niveaux historiquement élevés et le chômage de longue durée représente une part importante et grandissante du chômage total, avec près de 13 millions de personnes en recherche d'emploi depuis plus d’un an. En outre, un tiers des chômeurs sont sans emploi depuis plus de deux ans.

Chez les jeunes, la situation s’est améliorée, les taux de chômage s'étant considérablement réduits dans la plupart des États membres. Néanmoins, le chômage des jeunes reste très élevé dans des pays comme la Grèce et l’Espagne. Environ la moitié des personnes qui travaillent exercent un emploi temporaire et près d’un quart travaillent à temps partiel. Les États membres doivent redoubler d'efforts pour faire de la Garantie pour la jeunesse une réalité et aider chaque jeune à trouver un emploi décent ou une formation, à acquérir de l’expérience ou à bénéficier d'un apprentissage qui lui permettra de trouver un emploi. La réunion des dirigeants de l'UE sur l'emploi qui se tiendra à Milan le 8 octobre sera une nouvelle occasion de donner une impulsion politique au plus haut niveau pour la mise en œuvre de la Garantie pour la jeunesse.

Tout au long de la vie

La Revue établit également un examen comparatif des inégalités de revenus dans les États membres et souligne l'utilité d’investir dans les compétences tout au long de la vie afin d’accroître l’employabilité des travailleurs. « Il est primordial de développer les compétences utiles et d'en tirer le meilleur parti si l’on veut accroître la productivité et la compétitivité internationale et obtenir une croissance durable et inclusive dans l’UE », indique la Commission européenne. À l'instar des études récentes de l’OCDE et de la Commission, la Revue montre bien que l’éducation formelle n'est pas le seul atout dans la recherche d’un emploi; la formation et les compétences acquises au cours de la vie professionnelle améliorent également les chances d’en trouver un. Par ailleurs, l’éducation et la formation tout au long de la vie augmentent la probabilité d'occuper un poste mieux rémunéré. Toutefois, l’UE accuse toujours un retard dans la maîtrise des compétences par rapport à des pays comme le Japon, le Canada, la Corée ou les États-Unis.

Mesurer le progrès social

Il convient de compléter le PIB en tant qu’indicateur de performance économique pour refléter d’autres dimensions du progrès social. L’analyse des indicateurs de revenu montre que, même pendant les années d’expansion économique, la croissance économique n’a pas profité de la même manière à tous les ménages; elle n’a pas non plus contribué à réduire les inégalités dans tous les États membres. Avec la crise économique, le PIB par habitant et le revenu disponible brut des ménages ont reculé dans l’ensemble de l’UE et, dans de nombreux pays, ils ne sont pas encore revenus à leurs niveaux d’avant la crise.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages