< Retour au sommaire

Deux Européens sur trois prêts à remplacer leur voiture individuelle par des applications

Plus de deux tiers (67%) des répondants issus de dix capitales européennes pensent que les applications de transport à la demande telles qu’Uber peuvent constituer une véritable alternative à la voiture individuelle. Les Bruxellois envisageraient également de moins utiliser leur véhicule si des alternatives appropriées et fiables étaient proposées.

D’après un sondage de l’ORB commandé par Uber et effectué auprès de 10.000 personnes âgées de 18 à 54 ans vivant à Amsterdam, Barcelone, Berlin, Bruxelles, Lisbonne, Londres, Paris, Rome, Stockholm et Varsovie, une majorité des Européens se tourneraient désormais vers les applications de transport à la demande pour smartphone plutôt que vers leur clé de voiture.

Dans ces dix capitales européennes, plus d’un répondant sur quatre (26%) a utilisé une application pour se connecter avec un chauffeur l’an dernier. Ce nombre est particulièrement significatif à Paris et Londres, où près de la moitié des répondants (respectivement 48 et 46%) ont affirmé avoir commandé une course au cours des 12 derniers mois. A Bruxelles, le chiffre est de 16%, un résultat significatif quand on sait que ce type de services n’est présent que depuis à peine 3 ans. Pour 38% des personnes qui ont déjà utilisé l’application à Bruxelles, la principale raison pour laquelle ils ont fait appel à des applications telles qu’Uber est qu’il s’agit de la façon la plus sûre pour se déplacer à des heures tardives, lorsqu’ils voyagent seuls ou qu’ils ont bu. Une autre raison évoquée par 37% est que les transports en commun n’étaient pas, ou très peu, disponibles à l’heure de voyage, surtout pendant la nuit.

Une réelle alternative à la voiture individuelle?

Dans une Europe où le nombre croissant de voitures particulières est très préoccupante, plus de deux tiers (67%) des répondants pensent que des applications telles qu’Uber peuvent constituer une véritable alternative. Ce chiffre s’élève même à 80% pour ceux qui ont déjà commandé une voiture via une application durant l’année écoulée. A Bruxelles, 82% des répondants aimeraient voir moins de voitures sur les routes et 62% se disent prêts à moins utiliser leur voiture si des alternatives appropriées sont proposées. Par ailleurs, la moitié des répondants (49%) pense que de telles applications constituent une bonne alternative à la voiture individuelle.

Parmi ceux qui possèdent deux voitures ou plus, 50% envisageraient de n’en posséder qu’une s’il était plus facile de se déplacer grâce à une complémentarité entre applications à la demande et transports publics fiables. Ce résultat grimpe à 75% pour ceux qui ont déjà utilisé une application. Uber participera cette année à la Semaine européenne de la mobilité, qui se tiendra entre le 16 et le 22 septembre. A cette occasion, l’entreprise mettra les Européens au défi de rendre leurs clefs et abandonner leur voiture pendant une semaine. En échange, les participants basés à Bruxelles pourront utiliser gratuitement des applications à la demande ainsi que les transports en commun.

« La mobilité de demain ne sera possible que grâce à une variété de solutions qu'il faut encourager dès aujourd'hui, analyse Xavier Tackoen, Administrateur-délégué du bureau Espaces-Mobilités. C'est en offrant plus de choix aux citoyens et, par conséquent, des alternatives à la voiture personnelle, que nous pourrons résoudre les problèmes d’embouteillages à Bruxelles. Les nouvelles applications telles que Uber jouent un rôle important dans le développement de ce futur multi-modal, si elles sont intégrées aux politiques de mobilité comme réel complément aux autres formes de mobilité vertueuses. »

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages