< Retour au sommaire

Détérioration du climat social dans les entreprises françaises

Une majorité de salariés et de managers français constatent une dégradation du climat social dans leur entreprise depuis un an. Autre point d’alerte pour les directions d’entreprise mis en évidence par le dernier Baromètre Cegos: les risques psychosociaux, et particulièrement le stress, s’affichent à des niveaux records.

Pour l’édition 2014 du baromètre « Climat social dans l’entreprise », 700 salariés, 290 managers et 145 DRH-Responsables des RH d’entreprises privées en France ont été interrogés au cours des mois de septembre et octobre 2014. Pour 53% des salariés et des managers, le climat social s’est dégradé dans leur entreprise depuis un an. Pour les salariés, c’est une dégradation plus forte de 6 points par rapport à 2013. Les DRH-RRH (Directeurs et Responsables des ressources humaines) ne partagent pas ce sentiment puisque 43% d’entre eux estiment que le climat social est resté identique (ni dégradation, ni amélioration).

Dans le détail, la perception par les salariés d’un climat social dégradé dans leur entreprise est corroborée par une baisse très nette de tous les indicateurs de climat: 

- 54% des salariés considèrent que le climat au sein de leur équipe est globalement satisfaisant: - 14 points vs. 2013;
- 49% sont satisfaits de leur emploi actuel: - 12 pts vs. 2013;
- 48% sont fiers de travailler dans leur entreprise : - 7 pts vs. 2013;
- 45% sont motivés par leur poste actuel : - 13 pts vs. 2013;
- 42% ont confiance dans l’avenir de leur entreprise: - 11 pts vs. 2013.

Sans surprise, côté managers et DRH, la dégradation du climat est fortement corrélée aux réorganisations dans l’entreprise. Ainsi, 64% des managers font état d’une réorganisation au cours des 12 derniers mois dans leur entreprise. Parmi ceux-ci, 61% font le constat d’un climat social dégradé depuis un an…

Un « micro-climat » relativement préservé

Les salariés portent un jugement relativement positif sur leur manager, au regard du climat économique ambiant. 64% des salariés estiment que leur manager leur fait confiance et 49% disent pouvoir compter sur leur aide en cas de difficultés liées à leur travail. 46% se sentent reconnus dans leur travail par leur manager. A noter que seuls 33% des salariés pensent que leur manager contribue au développement de leurs compétences.

Toutefois, le manque de feedback est toujours pointé du doigt par les salariés. Si 54% d’entre eux estiment que leurs objectifs et priorités sont clairement définis, seuls 34% disent avoir un retour régulier de leur manager sur leurs résultats et la qualité de leur travail. « La ‘figure’ du manager est respecté mais les salariés attendent beaucoup plus de leur part, observe Annick Haegel, manager chez Cegos, spécialiste des enjeux RH. La reconnaissance, l’écoute, le droit à l’erreur, la confiance et la prise de recul sont les premiers éléments cités quand on demande aux salariés ce qu’ils attendent en priorité des managers. »

Une sérieuse alerte sur les risques psycho-sociaux 

53% des salariés et 68% des managers déclarent subir un stress régulier dans leur travail, tandis que 71% des DRH pensent que leurs salariés subissent effectivement un tel stress. Un salarié sur deux et six managers sur dix déclarent un niveau de stress supérieur ou égal à 6, sur une échelle de 0 à 10. Parmi les personnes déclarant avoir subi un stress régulier, 87% des salariés et 78% des managers estiment que ce stress a eu un impact négatif sur leur santé. Enfin, donnée la plus marquante en la matière, un quart de la population interrogée déclare avoir subi au cours de sa carrière un problème psychologique grave, de type dépression ou burn-out.

La conscience professionnelle reste forte 

Malgré la dégradation du climat social, 71% des salariés et 92% des managers se disent très impliqués dans leur travail. Les directions d’entreprise peuvent compter sur l’engagement sans faille de leurs managers:
- 81% des managers disent que leurs activités sont variées et intéressantes,
- 67% sont motivés par leur travail,
- 75% sont fiers de faire partie de l’équipe managériale,
- 61% recommanderaient à leurs amis ou collègues d’évoluer vers une fonction managériale.

D’ailleurs, le Baromètre Cegos montre que plus un collaborateur ‘monte’ en hiérarchie, plus la fierté d’appartenance (65% chez les managers de proximité vs. 86% chez les Directeurs) et le taux de recommandation (48% vs. 81%) sont forts. Les managers sont de puissants ambassadeurs de leur entreprise.

Sur le même sujet

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages