< Retour au sommaire

Déplacements domicile-travail: la voiture de société garde le vent en poupe

À l’heure actuelle, un employé sur cinq en Belgique roule en voiture de société, ce qui représente une augmentation de près de 10% par rapport à l’année précédente, montre le baromètre de la mobilité d’Acerta. En même temps, la proportion de travailleurs se rendant au travail en vélo est passée à 24% et 14% des travailleurs de notre pays ne jurent d’ailleurs que par le vélo. Les possibilités de combinaison, permettant tantôt d’utiliser le vélo puis à nouveau la voiture, tantôt d’associer vélo et transports en commun, ont également le vent en poupe.

En 2017, 19,5% des employés roulaient avec une voiture de société. Une nouvelle augmentation de 10,3% par rapport à 2016. Notons que l’augmentation du nombre de femmes possédant une voiture de société est trois fois plus élevée que chez les hommes; elles ont d’ailleurs encore un retard conséquent à rattraper à cet égard pour arriver au même niveau. La montée du vélo comme moyen de transport pour les déplacements domicile-lieu de travail commençait déjà en 2011. En 2017 aussi, cette tendance s’est confirmée: le nombre de travailleurs optant régulièrement pour le vélo a à nouveau massivement augmenté, 8,2% en plus par rapport à 2016. En 2017, 24% des travailleurs ont utilisé le vélo de façon régulière comme moyen de transport.

Les transports en commun également en progression

Alors que le baromètre de mobilité de 2016 se montrait encore très sévère à l’égard des transports en commun, en 2017, il laisse s’afficher un intérêt grandissant pour les trains, trams, bus et métros. En 2016, l’utilisation des transports en commun pour les déplacements domicile-lieu de travail avait diminué. Acerta suppose que les attentats ayant eu lieu en 2016 ont encouragé certains à éviter les espaces publics et donc également les transports en commun. Cet effet négatif s’est à présent dissipé, avec une augmentation de +5,6 % de l’utilisation des transports en commun. Cette nouvelle peut paraître positive, mais dans l’absolu, le taux d’utilisation des bus, trams, trains et métros stagne autour d’un modeste 7,42%. Ce résultat comprend en outre tous les travailleurs combinant les transports en commun à une autre solution telle que la voiture ou le vélo.

Les choix de mobilité rendent les employeurs plus attractifs

Les employeurs qui investissent dans les besoins individuels des travailleurs font bonne impression sur le marché du travail. Offrir des solutions de mobilité est une façon de se distinguer. « SolutionS », au pluriel, car il n’existe pas une meilleure solution de mobilité. Tout dépend de la personne, du lieu et du moment. « L’employeur dispose ici d’un atout: il peut proposer différentes options tout en supportant des coûts budgétaires identiques. En outre, il ne doit pas à ces fins attendre la version finale du budget de mobilité. Les employeurs qui prouvent leur rôle de pionnier en investissant dans cette tendance en récolteront les fruits dans la guerre des talents. En outre, la mobilité en général, l’environnement et le bien-être de leurs travailleurs s’en porteront mieux », commente Benoît Caufriez chez Acerta.

La voiture qui reste le moyen de transport privilégié recule tout de même de 0,5 %

Rendons à César ce qui appartient à César, la voiture reste à la première place des solutions de mobilité choisies comme ce troisième baromètre de mobilité l’indique. 66,54% des travailleurs ne se posent jamais la question le matin de savoir comment se rendre au travail. Ils prennent chaque matin inlassablement leurs clés de voiture et se mettent en route pour aller au travail comme pour en revenir - aucun doute possible. Si nous y ajoutons les travailleurs qui, en cas de météo favorable, enfourchent le vélo, ou ceux qui prennent de temps à autre le train, le tram, le bus ou le métro, nous arrivons à 76,66%. Une grande majorité donc. Et pourtant, la popularité de la voiture a reculé d’un demi-pour cent par rapport à l’année passée.

La distance des déplacements domicile-lieu de travail augmente à nouveau légèrement

Les Belges ne travaillent généralement pas très loin de leur domicile. En 2017, la distance moyenne entre le domicile et le lieu de travail se situait juste en dessous des 19 kilomètres. Pour la première fois, nous avons constaté une très légère augmentation de la distance qu’un travailleur est prêt à parcourir pour aller travailler (+2,5%), mais rien de très exceptionnel. Près de 68% des travailleurs travaillent dans un rayon de 20 km. Traditionnellement, la distance parcourue par les travailleurs disposant d’une voiture de société est plus longue que la distance moyenne. C’était également le cas en 2017. Cependant, pour ces travailleurs, la distance parcourue avec la voiture de société a continué de diminuer pour atteindre son niveau le plus bas de ces 6 dernières années, à savoir 31,1 km.

Soyez le premier à réagir à cet article

Pour pouvoir réagir, vous devez vous connecter
< Retour au sommaire

Vous cherchez, vous trouvez!

HR Square | Revue, Infolettre, Réseau, Site web, Séminaires,...

Devenez membre maintenant!
Bénéficiez des avantages